Un projet à appuyer!

Le port de Grande-Anse... (Archives Le Quotidien, Normand Boivin)

Agrandir

Le port de Grande-Anse

Archives Le Quotidien, Normand Boivin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carrefour du lecteur
Le Quotidien

Ma perception personnelle des enjeux qui se présentent quant à la venue d'un complexe industriel de liquéfaction de gaz au port de Grande-Anse est qu'il s'agit d'une chance dont la région doit profiter considérant la situation où tous s'acharnent sur l'industrie forestière au Québec, et la laisse à elle-même pour se défendre. Et aussi compte tenu du creux économique que traverse l'industrie de l'aluminium.

Considérant la vulnérabilité de l'Europe face à «l'oligarchie» russe dans le domaine pétrolier et gazier, et les stratégies de domination économique de Vladimir Poutine, ce projet offrira une porte de secours à l'Europe et la région deviendra ainsi un pôle stratégique, à son grand bénéfice, ce que les stratèges du milieu doivent certainement voir venir.

L'arrivée d'une nouvelle industrie de la sorte dans la région aura énormément de retombées économiques chez les fournisseurs de services, de développement technologique et concernant des expertises nouvelles. Étant l'une des régions les mieux outillées en terme de services industriels au Québec, grâce aux industries implantées ici de longue date, nous avons tout un CV pour que cette industrie s'implante ici. Et souhaitons-le grandement!

Avec le projet Arianne Phosphate qui progresse vers un démarrage, et ce projet gazier qui apparaît comme une possibilité de plus en plus sérieuse à l'horizon, la région peut espérer retrouver des jours meilleurs qu'actuellement. Et il sera bien temps, ça commence à presser!

Les retombées seront majeures tant au niveau des commerces que des institutions d'enseignement qui en bénéficieront sur le plan des admissions également. Le gouvernement doit tout mettre en oeuvre pour faciliter la concrétisation de ce projet car, au-delà de couper les dépenses, il faut penser à augmenter les revenus et l'activité que ces projets apporteront sera payante pour les revenus en taxes et impôts, grâce à de bons salaires, face à l'appauvrissement généralisé de la population sur le long terme que provoque les fermetures d'usines comme Novelis et Graphics Packaging, par les «prédateurs» économiques américains, à nos dépends.

Bref, avec de nouveaux moteurs économiques majeurs, l'activité régionale pourra reprendre de la force et consolider sa prospérité économique. Un investissement de 7,5 milliards de $, ça vaut deux alumineries d'Alma construites au tournant de l'an 2000! Imaginez le regain de vie des secteurs de La Baie, Chicoutimi et du reste de la région qui en découlera! Les ventes et prix des maisons pourront se porter beaucoup mieux également.

Le milieu industriel régional doit se lever et s'exprimer pour lancer un message clair afin de préparer les bases requises dans le processus d'acceptation sociale de ce projet. Autrement dit, il faut en parler, c'est le temps.

Pierre Charbonneau, Jonquière

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer