Où est notre député?

Le 7 avril 2014, les électrices et les... (Photo Presse Canadienne)

Agrandir

Le 7 avril 2014, les électrices et les électeurs de notre circonscription de Roberval ont décidé de faire confiance à M. Philippe Couillard, chef du Parti libéral du Québec.

Photo Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carrefour du lecteur
Le Quotidien

Le 7 avril 2014, les électrices et les électeurs de notre circonscription de Roberval ont décidé de faire confiance à M. Philippe Couillard, chef du Parti libéral du Québec. Elles et ils ont cru que le fait d'avoir un premier ministre à titre de député serait un gage de prospérité. Il serait alors plus facile de régler nos problèmes avec le premier ministre (en personne).

On avait même annoncé que le simple fait que le Parti libéral revienne au pouvoir provoquerait un effet positif sur l'économie. Il s'agissait de ce fameux «effet libéral». Si on ajoute à cela que M. Couillard s'était lui-même présenté comme le premier ministre des régions, on ne pouvait être que gagnants.

Qu'en est-il un an et demi plus tard?

Plusieurs d'entre nous cherchent les effets positifs sur l'économie et nombreux sont ceux qui croient que la situation s'est détériorée. Il est très difficile, sinon impossible, de rencontrer le député de Roberval selon de nombreux intervenants. Qui plus est, il est muet sur les dossiers chauds qui concernent directement son comté.

Qu'a-t-il fait lors des coupes de postes et de financement des CLD? Rien.

Qu'a-t-il fait lors de l'abolition des CRÉ? Rien.

Qu'a-t-il fait lors des coupes annoncées affectant nos écoles primaires, secondaires, et même le cégep desservant notre territoire? Rien.

Qu'a-t-il fait pour contrer les augmentations en lien avec les permis de pêche et de chasse (ces dernières pouvant atteindre des proportions de l'ordre de 40%)? Rien.

Qu'a-t-il fait lors des augmentations des baux de villégiature en forêt (en moyenne de 154%)? Rien.

Qu'a-t-il fait pour empêcher les diminutions des transferts aux municipalités, en particulier les plus petites? Rien.

Dernièrement, qu'a-t-il fait lorsque l'hôpital de Dolbeau-Mistassini s'est retrouvé sans représentant siégeant à la table du nouveau CIUSSS? Rien.

Et ça ne semble qu'être le début.

Pourtant, en septembre 2015 lors d'une rencontre de la Fédération québécoise des municipalités, M.Couillard a déclaré: «Je vous ai compris». Je crois qu'il nous comprend, mais ne nous entend pas. Tel un touriste, il est heureux de voir ce qui se passe dans son comté, mais ce n'est pas à lui de régler les problèmes.

Dans la situation actuelle de notre circonscription, ce n'est pas d'un touriste dont nous avons besoin, mais d'un véritable député. Est-ce trop demander à celui qui nous représente et dont la tâche première est de nous défendre, de prendre fait et causes pour son comté? Le Québec semble avoir un premier ministre; mais ici, avons-nous un député?

Alexandre Laforge

21 ans

Albanel

La saga postale

La saga postale canadienne, alias le triste héritage de l'ex-gouvernement conservateur qui prive les Canadiens de recevoir leur courrier chez eux! Au comble de l'ironie, dans la feuille annonçant cette révolution postale, on pouvait lire: «Nous sommes fiers de vous servir...» ! Même fierté exprimée dans la lettre d'instructions concernant l'utilisation des clefs des casiers. Comment peut-on être fiers de nous priver d'un service personnel à domicile si important pour tant de citoyens?

Postes Canada a oublié de considérer toutes les difficultés du facteur climatique, aussi intense dans notre région du Saguenay-Lac-Saint-Jean, avec des intempéries de toute sorte, et du facteur humain, en particulier des personnes handicapées et des citoyens malades qui vivent seuls ou, tout simplement, des gens fatigués ou retraités qui désirent vivre en paix à la maison.

L'ironie de Postes Canada se poursuit dans les solutions proposées, par exemple: «Faire appel à l'aide des voisins, la livraison du courrier par une personne de votre choix, la livraison du courrier à un comptoir postal de votre choix, la livraison à une pharmacie ou un dépanneur qui offrent les services postaux...

Tout sauf la livraison à domicile!

C'est ça le résultat de notre «intelligentsia postale canadienne» ? Pourquoi n'a-t-on pas pensé à des livraisons à jours alternés ou à deux fois par semaine, si l'économie était prioritaire? De petits casiers postaux sont disponibles et loués dans certains magasins, boutiques et pharmacies à des prix et modalités de paiement variables fixés par les nouveaux gestionnaires de Postes Canada.

Aux nouveaux élus de trouver des solutions plus pratiques et plus humaines.

Luigi Napoli  (Ph.D.)

Chicoutimi

Un sourire forcé!

Voyons donc! M. Stéphane Bédard quitte le Parti québécois le sourire aux lèvres? Ben non, ce n'est pas la faute à PKP (ce départ)? M. Bédard s'est fait tasser et il ne l'a pas pris! Mais chut! Faut rester souverainistes! La poignée de main de Bédard à PKP (à l'Assemblée nationale)? M. Bédard tourne le dos à Pierre Karl Péladeau. Ça dit tout! M. Bédard aurait demandé de ne pas être assis à côté de PKP en chambre? Le torchon brûle, ça fait longtemps. Stéphane Bédard doute de la prise du pouvoir par PKP. Le sourire de M. Bédard n'était pas naturel. Et la prime de départ de 151 000$? Bernard Drainville était contre (ce genre de prime). Où est sa réaction? Ça ne sent pas bon au PQ. Ça ne sent vraiment pas bon! On pourrait en parler longtemps...

Céline Larouche

Jonquière

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer