Santé et conscience sociale

Le réseau de la santé alimente toujours les... (Archives Le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Agrandir

Le réseau de la santé alimente toujours les discussions.

Archives Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Quotidien

J'avais environ dix ans lorsque mon grand-père maternel est décédé en laissant une dette médicale à ma grand-mère qui était restée à la maison toute sa vie. Elle n'a pas eu assez du reste de sa vie pour réussir à tout payer. Mes propres parents ont dû payer l'accouchement de leurs quatre enfants, comme tout le monde à l'époque.

Plusieurs familles se sont grandement endettées à cette époque, certaines ont même dû faire des faillites ou sont demeurées très pauvres, le reste de leur vie.

Vous devinez que les gens n'allaient voir le médecin que pour des raisons sérieuses. Il valait mieux ne pas avoir de longue maladie comme un cancer par exemple, parce que là, les finances familiales se dégradaient rapidement et pour longtemps.

C'est la raison pour laquelle l'assurance santé fut adoptée. Nous assumions donc les coûts de santé de façon collective et ainsi la vie allait grandement s'améliorer pour les gens aux prises avec la maladie.

Bien des années plus tard, le budget alloué au système de santé gruge la plus grand part de nos impôts et taxes. Si les familles ne sont plus pauvres et surendettées pour cause de maladie, l'État québécois lui l'est, énormément même.

Plusieurs utilisateurs ont cette impression que c'est gratuit de voir un médecin, de se rendre à l'urgence alors que ce n'est pas urgent. Nous sommes trop impatients pour attendre un rendez-vous chez notre médecin? Pas grave, il reste l'urgence. Nous vivons dans une époque où l'on veut tout, tout de suite.

Un système de santé est par définition un système pour guérir. Mais que dire, par exemple d'une intervention comme une vasectomie. Est-ce une maladie? Non. Est-ce pour le bien collectif? Non. Cette petite chirurgie découle d'une décision personnelle payée par tout le monde. Je vous cite un exemple parmi tant d'autres. Que dire maintenant d'un simple rhume ou ce genre de petit trouble temporaire qui ne nécessite pas nécessairement de voir un médecin?

Je crois qu'avant de se rendre à l'urgence, il serait bien de réfléchir un peu afin de savoir si on a vraiment besoin, ou à tout le moins consulter un CLSC ou encore le 811 afin de vérifier la pertinence de voir un médecin. Parfois, même un pharmacien pourrait vous aider.

Si chacun de nous se disciplinait avant de courir vers les urgences et développait sa conscience sociale, l'argent ainsi économisé pourrait servir à combler d'autres besoins de la société. Parce que se faire soigner n'est absolument pas gratuit, constatez les taxes et les impôts que vous payez chaque année, et constatez où va l'argent. Une beaucoup trop large part s'en va au système de santé et son budget continue de galoper vers des hausses sans fin.

Se rendre aux urgences, consulter un médecin est une décision personnelle; c'est chacun de nous qui peut faire la différence afin de diminuer les coûts du système de santé.

Sylvain Côté

Alma

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer