L'éveilleur de conscience

Pierre Lavoie... (Photo La Presse)

Agrandir

Pierre Lavoie

Photo La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Quotidien

Félicitations à Pierre Lavoie qui contribue à la santé des Québécois. Félicitations aussi à ceux qui, à sa suite, s'impliquent. Pierre Lavoie ne fait pas qu'enseigner le chemin, il prend la route. Bravo! Par son action, combien de pilules de moins, combien de coûts de santé économisés?

Encore bravo! Par sa passion et son charisme, il fait le travail de plusieurs professeurs en éducation physique, et cela, sans réduire la valeur de ceux-ci. Que voulez-vous, c'est une force de la nature! Sa contribution pour la société est inestimable. C'est un éveilleur de conscience. D'autre part, pour réduire les coûts de santé, je suggère au ministre Barrette d'engager au moins un praticien du rire dans chacun des centres hospitaliers et résidences de soins. Des ateliers de rire, des films comiques aideraient à la guérison. Dans le mot, guérir, il y a le mot gaieté et le mot rire. Les Québécois sont en train d'oublier de rire. Le rire, c'est la joie. Un politicien qui ne sait pas rire ne mérite pas d'être élu. Il faudrait ressusciter les Olivier Guimond, Ti-gus et Timousse, Gilles Latulipe, Sol etc etc.

Autrefois, ces personnages étaient régulièrement à la télévision ou à la radio. Leurs déploiements étaient de vrais toniques. Aujourd'hui, c'est de l'humour formaté dont il faut payer le gros prix pour aller écouter des spécialistes qui, pour un bon nombre, ne peuvent s'empêcher de sacrer. Aucun de ceux que j'ai nommés ci-dessus n'avait besoin de sacrer ou dire des grossièretés pour faire rire. Chez eux, c'était le naturel poli. Des humoristes d'aujourd'hui, il y en a de bons, mais la moitié ne sont pas drôles. Aux devises de nos municipalités, on devrait ajouter le mot rire. Saguenay qui se cherche une devise pourrait en profiter pour inclure le mot rire. La

devise du Québec devrait être changée pour celle de «Je me souviens de rire». Au moins une fois par jour. Le bonheur brut des Québécois se verrait augmenté seulement en se dilatant la rate. L'économie ne s'en porterait que mieux.

Souhaitons qu'un autre Pierre Lavoie, du rire celui-là, sorte de quelque part. Tel que pour la marche, les médecins pourraient prescrire des séances de rire. La morosité au Québec s'évaporerait et tout le monde ne se sentirait que mieux. Le rire, c'est communicatif.

Martin Belley

Saint-Nazaire

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer