De la fraternité?

Le premier ministre du Canada, Stephen Harper... (PHOTO ADRIAN WYLD, LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Le premier ministre du Canada, Stephen Harper

PHOTO ADRIAN WYLD, LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Quotidien

Même si Stephen Harper promettait de rapatrier ses CF-18 en échange d'aide humanitaire aux civils syriens et irakiens; même s'il promettait de modifier sa philosophie en matière de droit d'asile aux réfugiés; même s'il promettait de maintenir les transferts en santé au Québec; même s'il promettait de réformer le Sénat canadien pour en faire une véritable instance décisionnelle et représentative des régions; même s'il promettait de prendre à bras le corps la pauvreté, entre autres, en rétablissant les subventions pour le logement social; même s'il promettait de ne pas toucher au crédit d'impôt pour fonds de travailleurs québécois; même s'il promettait de ne plus se comporter comme un cancre en matière de protection de l'environnement; même s'il promettait de redonner la parole aux scientifiques du gouvernement fédéral; même s'il promettait d'augmenter les impôts des compagnies pour protéger le filet de sécurité sociale; même s'il, même s'il...

Même si M. Harper promettait mer et monde, je ne voterais pas pour lui.

Il a poussé le bouchon jusqu'à montrer à quel point il était sans coeur en refusant de faire participer le Canada pour venir en aide aux réfugiés qui sillonnent les routes d'Europe en quête de juste un peu de compassion et de fraternité humaine.

Louise Brassard

Jonquière

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer