L'ère de la performance

Paul Arcand... ((Archives))

Agrandir

Paul Arcand

(Archives)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Quotidien

J'ai visionné dernièrement un documentaire intitulé Le Québec sur ordonnance réalisé et produit par Paul Arcand et j'ai effectué ensuite de nombreuses recherches. Saviez-vous qu'au Québec, il se consomme plus de médicaments que partout ailleurs dans le monde?

Lors de cette enquête journalistique menée de main de maître, des aveux importants ont été faits: de la part de médecins, de patients, de «cobayes» ou si vous préférez «sujets d'expériences» employés et rémunérés par les grandes compagnies pharmaceutiques pour connaître les effets secondaires d'un nouveau médicament!

Des faits troublants à mes yeux ont été révélés dont, entre autres, que plusieurs médecins prescrivent des anti-dépresseurs à des personnes qui, en réalité, n'en ont pas besoin! Cela a été vérifié par des comédiens amateurs qui simulaient une dépression chez cinq médecins «témoins»: 4 sur 5 ont prescrit ces médicaments et un s'est abstenu. Il s'est ensuivi un interview avec un psychiatre qui affirmait que, malheureusement, c'était le cas. Nous sommes dans un siècle où la performance est de rigueur: pas le droit d'être fatigué, ni d'être triste. On doit «performer»! Alors, on donne des médocs! Et, ça fait tourner «la roue de la fortune» pour les médecins, pharmaciens, les compagnies pharmaceutiques et bien sûr le gouvernement.

Toujours dans le même tempo, il s'est avéré que de jeunes adolescents consultent pour avoir des anti-dépresseurs pour se droguer. Ceux-ci feignent une dépression et repartent avec une prescription. Vive le discernement et la compétence douteuse de certains médecins!

Que plusieurs élèves du primaire prennent du Ritalin pour un déficit de l'attention et hyperactivité, et ce, sur recommandation et exigence de certains professeurs?

Qu'une «méga» analyse a été effectuée en ce qui a trait aux pilules pour contrer le «mauvais» cholestérol» et que celles-ci contiennent des statines qui s'avèrent souvent plus nocives que curatives? Que certains psychiatres font un usage abusif d'antipsychotiques et souvent dans le but, non pas de contrôler une personne en état psychotique, mais pour la rendre «moins dérangeante»? Que plusieurs médecins ont tellement prescrit d'antibiotiques que notre corps ne répond plus à ceux-ci?

Que plusieurs patients psychiatrisés prennent tellement de médicaments qu'ils sont dysfonctionnels? Des témoignages émouvants provenaient de ces personnes dans ce documentaire.

Que les représentants pharmaceutiques sont triés avec le plus grand soin et qu'ils reçoivent une formation «corsée» avant de rencontrer les médecins pour vendre les nouveaux produits de ces «géants» de la pharmacologie»?

Que ces compagnies possèdent la liste de tous les médecins qui pratiquent au Québec (leurs informations personnelles et ce qu'ils prescrivent) afin de les contacter rapidement, et ce, pour évincer la concurrence des autres compagnies?

Que des pharmaciens acceptent de vendre un produit générique d'une telle compagnie au détriment d'une autre car le bénéfice de la compagnie choisie est plus alléchant? On parle ici d'argent car ces compagnies n'ont plus le droit d'offrir des voyages dans le sud ou autres aux pharmaciens ou médecins!

Que les médicaments suivent aussi la mode? Eh oui, rien de trop beau! En 2015, nous sommes à l'ère des «pompes à inhaler» (décongestion des bronches), du Ritalin (traitement du TDHA), du «médicament miracle» Seroquel (traite la schizophrénie, trouble bipolaire et autres), des anxiolitiques (calme l'anxiété), du Flexeril (soulage les douleurs musculaires), du Zopiclone (aide à dormir) et je pourrais continuer ainsi et produire plusieurs pages.

Si j'ai écrit cette réflexion, c'est pour que vous preniez conscience qu'un médecin n'est pas un dieu, tout simplement quelqu'un qui a fait des études en médecine (science expérimentale en passant)! Et aussi, comme dans toute profession, il y en a des bons, des moins bons et des nuls. Lorsque vous rencontrez un médecin, posez des questions, demandez les effets secondaires des médocs qu'on veut vous prescrire car ces médicaments sont des produits chimiques et plusieurs ont été retirés du marché car les effets secondaires étaient désastreux (suicides, hallucinations et j'en passe).

Prenez votre santé en main et n'ayez pas peur! Il y a tant de moyens aujourd'hui, comme les pharmaciens qui, eux, sont spécialisés dans la médication!

Dyan Fleury

Saguenay

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer