Une source de fierté

«La base (de Bagotville) est le troisième employeur... (Photo U.S. Air Force, La Presse canadienne)

Agrandir

«La base (de Bagotville) est le troisième employeur en importance dans la région avec environ 1900 employés», souligne l'auteur.

Photo U.S. Air Force, La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Quotidien

À titre d'élu et de citoyen, j'ai été estomaqué de la chronique d'Isabel Brochu publiée le 3 septembre en ces pages. Je peux comprendre une opinion politique qui va toujours contre l'administration de Saguenay, chacun ayant droit à ses couleurs, mais de là à tirer sur un projet soulignant la présence et l'engagement de la Base militaire de Bagotville, il y a des limites. Ce genre d'intervention peut nuire plus que l'on pense, surtout à l'aube du remplacement de la flotte de CF-18...

La Base est dans le paysage saguenéen depuis 1942. À l'origine, sa mission était d'entraîner les pilotes alliés lors de la Seconde Guerre mondiale mais surtout de défendre le secteur de production d'aluminium essentiel à l'effort de guerre. La majorité de l'aluminium qui a permis de gagner la guerre provenait de la région. La présence sur un même site d'une usine d'alumine et d'électrolyse, plus facile à défendre et unique au monde, est non sans raison!

La base a toujours su modifier sa mission afin de remplir d'autres mandats de défense et depuis 1958, de surveillance du territoire en accord avec les États-Unis (NORAD). Elle joue un rôle déterminant de contrôle des importations de stupéfiants. Je suis très fier des hommes et des femmes de notre base qui supportent nos valeurs de paix, partout dans le monde. La dernière mission à ce jour est réalisée avec nos alliés afin de combattre l'État islamique.

Le monde serait probablement bien différent si nos héros n'avaient pas défendu nos valeurs dans bien des conflits, parfois au prix de leur vie. Je souligne ainsi nos vétérans. La base a aussi démontré son utilité à de multiples occasions lors de missions de recherche et de sauvetage. Qui n'a pas en tête lors du déluge de 1996, les nombreuses interventions des équipes d'hélicoptères et d'hébergement des sinistrés? Mon expérience et mon affection pour la base m'ont permis de rencontrer des gens influents ayant gravité autour de celle-ci. Leur conseil a toujours été le même: supporter notre base et ne jamais la prendre pour acquise dans un monde où la politique, les enjeux et les budgets peuvent changer à tout moment. La défense de ses mandats et de son rôle est donc pour moi une mission importante. Lors des rencontres avec les élus fédéraux, je me rappelle ce devoir.

La base est le troisième employeur en importance dans la région avec environ 1900 employés. Elle bénéficie chaque année d'investissements importants dans la modernisation de ses infrastructures et de ses équipements, comme entre autres 27 millions d'investissement annoncé l'an passé. La région a besoin de ces investissements, plus que jamais.

Nos militaires participent également à différentes organisations comme le GPDL, Centraide, et bien d'autres. Ils remettent ainsi plusieurs centaines de milliers de dollars afin de supporter différentes causes régionales et ce, bénévolement. Ils participent à la vie active de notre communauté, s'impliquent dans les activités sportives comme instructeurs par exemple. Cette base, contrairement à d'autres est imbriquée dans la communauté civile, ne faisant qu'un.

L'évènement touristique qui attire le plus de visiteurs dans la région est le Spectacle aérien international de Bagotville avec plus de 100 000 visiteurs en deux jours, le plus gros du genre au Canada. La base accueille également 1050 cadets en plus de leur famille chaque été.

Pour toutes ces raisons et j'en passe, je suis très fier de participer à un projet visant à mettre en place un CF-18 à l'entrée de notre ville. Ce projet vise à souligner la présence et l'importance de la Base des Forces canadiennes de Bagotville dans la région, au Canada et dans le monde. Je suis également heureux que M. Étienne Jacques de RTA ait accepté de fournir le socle d'aluminium qui servirait à asseoir l'avion, soulignant ainsi le lien historique de cette industrie avec la base. J'aimerais également rappeler que bientôt, l'axe de l'autoroute changera et que nous ne passerons plus près de la base pour voir les avions du Musée de la Défense aérienne et ceux en vol. Il ne s'agit pas de faire de ce projet l'icone de la ville, pas plus que les monuments des groupes comme les clubs Lions et Optimistes présents le long du boulevard Talbot. Ce n'est certainement pas un objet de propagande de guerre, le penser est bien mal comprendre. La région ne serait pas la même sans la base.

Luc Boivin

Élu de Saguenay

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer