Un secteur à soutenir!

«Il est temps de prendre en main la... ((Photo Rocket Lavoie))

Agrandir

«Il est temps de prendre en main la situation et de travailler pour donner de l'énergie et de la nouveauté pour le secteur, un job pour lequel vous êtes payés. Les bateaux de croisières qui nous amènent des «tous-riches», pardon je voulais dire touristes, je crois qu'on peut passer à autre chose et investir ailleurs maintenant dans notre communauté si durement touchée par la fermeture de l'usine à papier d'Abitibi-Consolidated, estime l'auteur.

(Photo Rocket Lavoie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Quotidien


Il s'agit seulement de se promener en auto dans l'arrondissement de La Baie pour constater la désolation d'un quartier naguère prospère, soit le secteur de Port-Alfred. Ce secteur est une mosaïque de laideur, de trottoirs fissurés, de nids-de-poule, de bâtiments abandonnés; un quartier complètement oublié par les élus de notre grande ville de Saguenay.

Cette triste réalité est favorable à la criminalité! Il y a même eu des gens poignardés dans le secteur il y a de cela deux ans maintenant... Citoyens d'abord, comme le dit le maire Tremblay... Trouvez-moi une rue en pavés de brique colorés située dans le secteur Port-Alfred? Il n'y en a pas. La ville n'a même pas daigné refaire les lignes de stationnement dans le secteur de Port-Alfred alors qu'elles ont été refaites à neufs dans les deux autres secteurs. Quels sont les projets concrets et innovateurs de nos élus pour donner de la vie au secteur Port-Alfred? Rien. On a même coupé les décorations de Noël l'hiver dernier. Il y a l'ancienne église Saint-Édouard, fermée au culte depuis dix ans, qui va vendre une partie de ses biens à la mi-septembre. Merci à Postes Canada qui, du moins, a investi pour l'installation de boites postales communautaires un peu partout dans ce secteur, même si je trouve cette démarche désolante. Chers conseillers municipaux de l'arrondissement La Baie, vous dormez au gaz! Il est temps de prendre en main la situation et de travailler pour donner de l'énergie et de la nouveauté pour le secteur, un job pour lequel vous êtes payés. Les bateaux de croisières qui nous amènent des «tous-riches», pardon je voulais dire touristes, je crois qu'on peut passer à autre chose et investir ailleurs maintenant dans notre communauté si durement touchée par la fermeture de l'usine à papier d'Abitibi-Consolidated.

Réal Gauthier

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer