Une prison à garder

La prison de Chicoutimi... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

La prison de Chicoutimi

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Quotidien

J'entendais la semaine dernière, à la radio et dans les médias, l'ouverture en septembre de la nouvelle prison de Roberval et la vente possible de la prison de Chicoutimi. Deux idées de fous! Est-ce possible en 2015? On ne peut plus reculer sur la décision politique non éclairée d'établir l'établissement carcéral à Roberval. Tout cela dans le but de gagner des votes... Mais soyons logiques. A-t-on réfléchi un instant à ce qui va se passer pour l'accusé de divers délits? Où logera-t-il en attendant de passer devant le juge? Dans les «cages à poules» au Palais de justice, je suppose? Ne demandez pas d'aller voir où logent les détenus au sous-sol en attendant de «monter en haut» au Palais de justice ou encore à Québec, car c'est une vraie porcherie. Je parle en connaissance de cause, car j'ai fréquenté les deux endroits... Avez-vous pensé un instant ce que les accusés auront à vivre? Les avocats ne vont jamais au sous-sol voir leur client. Avez-vous déjà voyagé dans un panier à salade menotté, chaînes aux pieds pendant une heure? Vous n'êtes pas assis dans un autocar. Si vous voulez voir votre avocat avant de comparaître ou désirez recevoir la visite d'un membre de votre famille, du linge confortable, car lorsqu'on se fait arrêter, on n'a pas ses bagages avec soi, il sera difficile d'avoir ces services. Imaginez-vous à une heure des lieux! J'en aurais long à écrire, mais l'espace me manque. J'incite donc fortement nos dirigeants politiques à garder ouvert cet établissement essentiel. Le gouvernement libéral devra accepter qu'il y ait tout simplement ainsi un surplus de demandes d'emploi à Roberval. Ne pensez-vous pas qu'on a suffisamment perdu d'emplois dans la région?

Voyez-vous les gardiens, les gardiennes, obligés d'aller travailler à Roberval, de vendre leur propriété? Combien de frais s'ajouteront pour les frais de transport, les honoraires des avocats à 500$ de l'heure, les psychiatres à plus de 300$ de l'heure pour visiter leurs clients? Après cela, on dira qu'un prisonnier coûte cher. Il ne coûte pratiquement rien. Ce qui coûte cher, c'est l'administration, le personnel, la décentralisation, etc.

Gilles TremblayEx-détenu

Jonquière

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer