Les budgets de recherche

Le conseiller Luc Boivin.... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

Le conseiller Luc Boivin.

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Quotidien

En vacances, le maire de Saguenay, Jean Tremblay, n'a pas eu à commenter le récent retour en force de l'opposition structurée dans sa ville grâce au rétablissement intégral du cabinet de l'ERD.

Faute de connaître sa réaction, le conseiller municipal Luc Boivin, a, je l'espère, parlé pour lui-même, en déclarant à une station de télévision régionale trouver injuste que lui, contrairement aux deux conseillères de l'opposition, ne puisse avoir également un budget à sa disposition. «Pourtant, je fais le même travail», a-t-il déclaré, ajoutant que l'opposition allait se servir de l'argent mis à sa disposition pour faire de la «politique». Ce commentaire résulte, à mes yeux, d'une frustration due à la défaite du maire en Cour d'appel. Les propos du conseiller laissent sous-entendre que la finalité du rôle des conseillères supportées par un cabinet est de faire de la politique pour faire de la politique. La politique municipale: une fin plutôt qu'un moyen?

Pour l'ERD, le rétablissement de la démocratie à Saguenay est une des finalités essentielles de son action. Si la démocratie coûte si cher à Saguenay, non seulement en finançant l'opposition officielle, mais également en frais de cour de toutes sortes, le maire de Saguenay et ses proches n'ont qu'à s'en prendre à eux-mêmes. L'adage voulant que si la démocratie coûte cher, l'autocratie, elle, finit par coûter encore plus cher, prend, ici, tout son sens... Pour s'en convaincre davantage, on n'a qu'à penser au manque de transparence ayant entouré le projet de Cobalt Aircraft qui vient de plier bagages sans avoir livré la marchandise: 100 emplois contre cinq ans de congé de taxes et de location gratuite. Si M. Boivin y tient, il devrait savoir que selon la Loi des cités et villes, il pourrait profiter d'un budget de 9000$ annuellement pour la recherche et les frais de secrétariat; s'il ne l'utilise pas, c'est son choix. Contrairement aux autres conseillers, même ceux qui ne suivent pas le maire dans tous les dossiers, les conseillères de l'opposition utilisent ce budget pour faire avancer et monter des projets. L'occasion est donc belle de poser cette question: comment sont utilisés les quelque 150 000$ (17 x 9000$) non utilisés? Et, cette question ne laisse pas sous-entendre, loin de moi, qu'il pourrait y avoir malversation! Les conseillers municipaux, indépendants ou non, sont libres de décider comment utiliser les argents mis à leur disposition par la Loi.

Marcel Lapointe

Secrétaire de l'ERD

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer