Sur Hydro-Québec

« Lorsqu’un client est insatisfait du règlement de... (ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

« Lorsqu’un client est insatisfait du règlement de sa plainte par Hydro-Québec, il peut faire appel à la Régie de l’énergie », rappelle l’auteure.

ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Quotidien

Si Hydro-Québec a investi des centaines de millions de dollars pour développer des technologies pour soutenir son propre développement et celui du Québec, dites-moi pourquoi le premier ministre Philippe Couillard a posé l'un de ses premiers gestes économiques en se rendant en France pour annoncer sans tambour ni trompette qu'il y aurait à court terme 600 emplois de créés dans les Pyrénées Atlantiques, grâce à la mise au point par Hydro-Québec, de la pile la plus performante au monde, laquelle peut être rechargée rapidement plus de 30 000 fois sans subir de dégradation et qui pourrait servir au stockage de l'énergie électrique comme on peut emmagasiner du pétrole et en grande quantité?

Il me semble que les premiers à être informés des décisions politiques et économiques qui avantage ou désavantage le Québec, sont les Québécois (e) s eux-mêmes, non!

Je suis un retraité de 25 ans de service au sein d'Hydro-Québec, et je le dis clairement, les Québécois (e) s ne doivent plus accepter qu'Hydro-Québec soit le jouet du gouvernement, quel qu'il soit. Philippe Couillard nous a garanti le gouvernement le plus transparent de l'histoire du Québec, il a maintenant la chance de prouver ce que veut dire le mot «transparence» que les Québécois ne connaissent pas.

Je demande donc par la voie des médias, du maire de Saguenay, une ville qui a perdu deux usines, déménagées aux États-Unis, en quelques années, du ministre de l'Énergie et des Ressources, de même qu'au député de Chicoutimi et leader de l'opposition officielle, pourquoi la super batterie d'Hydro-Québec n'est pas fabriquée au Québec et qui sont les actionnaires de la compagnie qui les fabrique en France?

J'ouvre une parenthèse pour dénoncer ceux qui voudraient qu'Hydro-Québec soit partiellement privatisée afin de la rendre plus efficace. Commençons par laisser l'UPAC valider à qui profite d'Hydro-Québec, présentement, à ses propriétaires, la population du Québec où à des amis qui ont été de connivence avec la politique pour tirer avantage de cette grande entreprise qui pourrait rapporter plusieurs milliards de plus par année, avec une gestion appropriée.

André Mainguy

Longueuil

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer