Pharmaciens: les allocations sont justifiées

Les allocations sont déplafonnées en Alberta, au Nouveau-Brunswick... ((Archives))

Agrandir

Les allocations sont déplafonnées en Alberta, au Nouveau-Brunswick et dans d'autres provinces aussi. Elles sont interdites en Ontario mais ce gouvernement rembourse les médicaments dispendieux avec un honoraire plus important au pharmacien pour compenser.

(Archives)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le Quotidien

Beaucoup de reportages critiquent l'augmentation des allocations professionnelles, nommées péjorativement ristournes par certains journalistes. Qu'en est-il exactement? Ces montants consentis par le gouvernement doivent être utilisés aux services des patients. Le pharmacien doit tenir un registre et consigner les dépenses faites selon certains critères décrits par la RAMQ.

Les allocations sont déplafonnées en Alberta, au Nouveau-Brunswick et dans d'autres provinces aussi. Elles sont interdites en Ontario mais ce gouvernement rembourse les médicaments dispendieux avec un honoraire plus important au pharmacien pour compenser.

Pourquoi les allocations professionnelles? Les allocations ont été depuis plusieurs années une source de financement pour les pharmacies. Est-ce la meilleure façon de financer? Certainement pas. Nous préférerions avoir un honoraire juste et ne pas avoir d'allocations. Mais en ce moment, l'honoraire versé par le gouvernement ne couvre pas nos frais d'opération. Le gouvernement fait aussi le choix de permettre les allocations versées par les compagnies génériques pour financer les services que les pharmaciens offrent plutôt que de payer le juste honoraire. Ce sont des décisions politiques pour satisfaire les différentes parties prenantes dans les dossiers.

Concernant notre indépendance professionnelle, nous devons rappeler que c'est le Conseil consultatif de pharmacologie de la RAMQ qui établit la liste de médicaments et le choix du pharmacien porte sur les compagnies listées par lui. Les compagnies sont en compétition pour nous vendre leurs génériques, en conséquence, les allocations professionnelles devraient donc, par la loi du marché, être similaires d'une compagnie à l'autre.

Comment allons nous procéder? En premier lieu, nous identifions les ultra-génériques à privilégier, ainsi nous appuyons la recherche et nous rassurons les patients. Un ultra-générique étant un médicament fait par la compagnie d'origine mais qui après entente avec la compagnie de générique, en permet la commercialisation afin de conserver une partie de son marché après substitution. C'est ingénieux de leur part... Deuxièmement, nous privilégions les compagnies qui investissent au Québec et ensuite au Canada. Nous protégeons ainsi l'emploi au Québec et augmentons par le fait même les revenus d'impôts que cela génèrent. Troisièmement, nous diversifions les achats afin d'obtenir un soutien potentiel du représentant en cas de problème d'approvisionnement.

A propos du commentaire de M. Jean Coutu sur les effets négatifs des allocations professionnelles, il y aura en effet, moins de dividendes pour les actionnaires des chaînes de pharmacie, mais nous aurons plus d'argent pour soutenir nos services et compenser pour les prochaines coupures annuelles de 133 millions. Le gouvernement a fait baisser les prix des médicaments génériques depuis quelques années mais il ne pouvait demander davantage aux compagnies pharmaceutiques et aux grossistes. Il a trouvé une façon astucieuse de le faire et ceci par notre intermédiaire. Cependant, nous avons l'odieux de supporter la désapprobation publique...

Nous tenions à rétablir les faits avant que la répétition de reportages bâclés et plein de clichés par certains journalistes ne finissent par convaincre l'opinion publique.

Signé par un collectif de 11 pharmaciens du Québec,

Danielle Desroches

Montréal

Thina Nguyen

Montréal

Catherine Plamondon

Hemmingford et Lacolle

Pierre Laporte

Mont-Laurier

Laurie Lebel-Damphousse

Trois-Rivières

Simon Bordeleau

Ste-Marthe-sur-le-Lac

Marie-Julie Saydé

Gatineau

Daniel Marchand

Saguenay

Matthieu Gravel

Shawinigan

Pierre Olivier Proulx

Lachine

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer