Biomasse Québec propose une approche respectueuse

Dans cet article, on pouvait lire : «... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

Dans cet article, on pouvait lire : « On coupe tous les arbres, même les chicots. Ensuite, la débusqueuse sera utilisée pour approcher le bois, puis il sera ébranché. Tout ce qui peut faire de la biomasse sera déchiqueté et transporté à l'usine de Saint-Félicien ».

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Quotidien

Le 18 juin dernier, le journal Le Quotidien publiait un article portant sur la réalisation d'un projet-pilote de coupe forestière à La Doré permettant de récolter de la biomasse au Lac-Saint-Jean.

Dans cet article, on pouvait lire : « On coupe tous les arbres, même les chicots. Ensuite, la débusqueuse sera utilisée pour approcher le bois, puis il sera ébranché. Tout ce qui peut faire de la biomasse sera déchiqueté et transporté à l'usine de Saint-Félicien ».

Vision Biomasse Québec souhaite attirer l'attention sur la méthode de récolte de la biomasse forestière résiduelle sommairement décrite ci-dessus. En effet, tel que décrite, cette méthode ne correspond pas à celle appuyée par le regroupement, qui vise la promotion d'une filière exemplaire et performante de chauffage à la biomasse forestière résiduelle au Québec. Vision Biomasse Québec supporte les bonnes pratiques proposées par les chercheurs. Ces dernières visent la durabilité de la récolte de biomasse et encadrent son utilisation dans le cadre de la lutte aux changements climatiques.

Le guide La récolte de biomasse forestière : saines pratiques et enjeux écologiques dans la forêt boréale a été récemment publié par le Service canadien des forêts, la Fédération québécoise des coopératives forestières et Nature Québec. Ce guide précise qu'il est important de conserver une quantité suffisante de biomasse sur le site afin de maintenir la productivité des sols. La quantité de résidus ligneux et de chicots sur pied laissée sur le site de récolte a aussi un impact sur la diversité et l'abondance des oiseaux et des invertébrés. Le guide rassemble les recommandations émises par plusieurs juridictions (États-Unis, Europe et Canada) concernant le maintien de débris ligneux au sol et de chicots sur pied. Cette pratique permet d'assurer une récolte durable de biomasse forestière en diminuant les impacts de la récolte de biomasse sur la biodiversité, l'eau et les zones riveraines, les émissions de carbone, ainsi que la productivité du sol et des peuplements.

L'article du 18 juin mentionne aussi que des arbres entiers, ici du tremble et du bouleau, pourraient être directement destinés à la filière énergétique. Cette précision soulève la question de l'utilisation de la ressource forestière récoltée : cette ressource aurait-elle pu être destinée à l'industrie de la transformation ? Il est important de noter que, dans une approche d'utilisation de la biomasse forestière pour la réduction des gaz à effet de serre, la récolte d'arbres entiers procure des effets limités, contrairement à l'utilisation de la biomasse forestière résiduelle.

Vision Biomasse Québec rappelle que le développement de la filière du chauffage - ou même de la cogénération - à la biomasse forestière résiduelle est associé à un potentiel énorme de création de retombées économiques et d'emplois, ainsi que de lutte contre les changements climatiques. Toutefois, l'intégration des aspects écologiques est essentielle afin de garantir sa durabilité et son acceptabilité sociale.

Vision Biomasse Québec encourage les utilisateurs de biomasse forestière résiduelle à faire leurs les engagements envers l'environnement et les communautés dont il s'est doté pour le développement d'une filière exemplaire au Québec.

Pour en savoir plus sur les engagements de Vision Biomasse Québec envers l'environnement et les communautés : www.visionbiomassequebec.org

Pour consulter le guide La récolte de biomasse forestière : saines pratiques et enjeux écologiques dans la forêt boréale canadienne : http://visionbiomassequebec.org/wp-content/uploads/2015/03/Guide-saines-pratiques_R%C3%A9colte-de-biomasse-foresti%C3%A8re.pdf

Eugène Gagné

Co-porte-parole de Vision Biomasse Québec et directeur adjoint et du développement de la Fédération québécoise des coopératives forestières.

Amélie St-Laurent Samuel

Coordonnatrice de Vision Biomasse Québec et chargée de projet Forêt/Biomasse chez Nature Québec

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer