Hydro-Québec

«Autre chiffre intéressant, nous apprenions que la facture... (Photothéque La Presse)

Agrandir

«Autre chiffre intéressant, nous apprenions que la facture d'électricité a augmenté en moyenne de 11% cet hiver soit environ 400 $ de hausse pour une seule année», souligne l'auteur.

Photothéque La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Quotidien

Au cours des derniers jours, nous apprenions que durant la grosse période de froid cet hiver, notre prestigieuse société d'État qu'est Hydro-Québec, le supposé fleuron de tous les Québécois, chargeait 28 cents du kilowatt/heure quand son coût de production réel est de 2 cents. Un profit net de 1400 pour cent quand nous pourrions en acheter en Ontario pour 14 ou 15 cents. Pourtant, on apprenait que cette année, 228 000 foyers québécois devaient prendre une entente avec la société d'État pour être capables de payer son dû.

Juste pour frapper votre imagination, cela représente environ un foyer sur quinze actuellement pris à la gorge à la grandeur du Québec. Autre chiffre intéressant, nous apprenions que la facture d'électricité a augmenté en moyenne de 11% cet hiver soit environ$400 de hausse pour une seule année. Cela veut dire concrètement qu'une personne doit gagner environ 700$ brut, l'équivalent d'une semaine de paie pour la majorité d'entre nous, juste pour payer cette simple augmentation d'électricité. Quand on parle de taxes déguisées... Avec tous ces chiffres, je me demande aussi quel est l'impact et le rôle véritable de la Régie de l'énergie, supposée contrôler la gourmande société d'État et, surtout, de prendre quelque part nos intérêts coeur.

Je dirais plutôt que le gouvernement se sert de cette organisation pour justifier ses hausses, année après année. Que dire maintenant du milliard de dollars en trop perçus dans les poches de chaque Québécois depuis 2008. Pour vous donner une idée, chaque personne en âge de travailler recevrait directement un chèque d'environ 300$ si on nous remettait cette somme excédentaire. Inutile de dire que si le phénomène inverse s'était produit, je vois très bien Hydro-Québec s'empresser de rectifier le tir par une hausse rapide de l'électricité pour réajuster cette erreur. De ma vie, c'est la première fois que je vois une erreur profitable à un organisme, et ce, sans aucun mea-culpa, sans aucune gêne. Dans tout ce charabia politique si bien caché, on ne sait plus qui est responsable de quoi. Cela aussi fait l'affaire du gouvernement. Après cela, on se demande pourquoi les gens n'ont plus confiance dans leurs gouvernants et que le travail au noir est si populaire.

Jean-Marc Girard

Jonquière

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer