Congestion ferroviaire...

Le président de la commission d'urbanisme de Saguenay,... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

Le président de la commission d'urbanisme de Saguenay, le conseiller Carl Pettersen, juge que le développement résidentiel en bordure la voie ferrée du Roberval-Saguenay entre Arvida et Port-Alffred est à toutes fins utiles terminé puisqu'il n'y a plus de terrains disponibles dans la zone blanche.

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le Quotidien

M. François St-Gelais,
J'ai trouvé très intéressant votre dernier éditorial portant sur la question de la situation ferroviaire dans la région. De tels dossiers doivent se prendre d'avance. Ayant suivi ce qui s'est dit et écrit sur la question, les solutions existantes concernant l'état actuel du réseau ne semblent pas avoir été clairement établies avant de penser à construire un rail de contournement.

Il serait très approprié d'informer plus à fond la population avec un bon article technique sur ces points. Si, en se coordonnant adéquatement entre les différents transporteurs et le Roberval Saguenay, est-ce que le chemin de fer actuel peut supporter le trafic et un trafic accru? Sinon, est-ce que l'on peut construire un rail dans l'emprise actuelle et en faire une voie à deux sens tout du long ou par sections? Cela augmenterait considérablement la capacité de transport moyennant, évidemment, de construire des viaducs additionnels à côté de ceux existants tout en passant sur les sites des gares de triage d'Arvida et Jonquière et coupant les boulevards Talbot et Saint-Paul... Avec les moyens techniques d'aujourd'hui, je me questionne si cela est si risqué, ou si l'on est plutôt devant une question de volonté des transporteurs de composer avec d'autres intervenants car nous sommes dans une fin de réseau ferroviaire et il ne supporte que le trafic local qui est loin de celui des grands centres. Le partage de bon gré serait la meilleure des solutions avant de penser à faire chacun pour soi.

Si une voie de contournement passe ailleurs, je présume que de longer l'autoroute à partir du rang Saint-Benoît jusqu'au secteur entre le rang Sainte-Famille et la base de Bagotville serait un tracé intéressant et sans impact majeur évitant de couper dans les champs et de passer en ville. Mais quand est-ce qu'on doit déclencher de tels projets considérant les prévisions des besoins futurs très incertains, comme on peut se le demander pour un nouveau pont sur le Saguenay?

Pierre Charbonneau (Ing.)

Jonquière

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer