Trésor à conserver

La Pulperie de Chicoutimi.... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

La Pulperie de Chicoutimi.

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Quotidien

On apprenait dernièrement que des travaux évalués à 1,4 M$ seront effectués prochainement afin de rendre certains bâtiments du site de la Pulperie plus sécuritaires et d'assurer ainsi leur pérennité. Le financement sera assumé à 50% par la ville et à 50% par le gouvernement du Québec.

Quelle bonne nouvelle! Le fédéral ne pourrait-il pas faire sa part lui aussi? Il faut absolument investir pour sauver ce merveilleux site témoin d'une belle réussite économique québécoise (canadienne-française). Ce lieu est exceptionnel et constitue une richesse patrimoniale évidente. N'oublions pas qu'au début des années 1980 on l'a reconnu comme lieu historique national et qu'on le classait alors site historique.

De nos jours, la Pulperie est un vaste complexe d'animation culturelle et touristique destiné à la préservation et la mise en valeur du patrimoine du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Situés aux abords de la rivière Chicoutimi, les bâtiments qui composent cet ensemble touristique appartenaient autrefois à la Compagnie de Pulpe de Chicoutimi qui transformait alors mécaniquement le bois en pâte à papier pour répondre à la demande des marchés européens au début du 20e siècle.

Le 24 novembre 1896, Joseph-Dominique Guay, maire de Chicoutimi à l'époque, fonde, avec quelques amis, «La Compagnie de Pulpe de Chicoutimi», première compagnie gérée par des canadiens-français oeuvrant dans le domaine des pâtes et papiers. On construit alors un moulin sur la rivière Chicoutimi. La richesse forestière immense en amont de la rivière facilite grandement la croissance de la compagnie qui devient, en peu de temps, une exportatrice de pulpe de bois renommée internationalement. Sous la gestion de Julien-Édouard-Alfred Dubuc, la Pulperie de Chicoutimi prend de l'expansion et, en tout, trois moulins sont construits. Chicoutimi devient alors la capitale mondiale de la pulpe.

Sauvons ce site patrimonial unique qui fait partie intégrante de notre cité et qui témoigne du génie architectural (ces bâtiments sont des cathédrales industrielles) et du génie des affaires de nos concitoyens de l'époque.

Richard Létourneau

Enseignant retraité

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer