Questions pour le BAPE

Le ministre de l'Environnement, David Heurtel.... (PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Le ministre de l'Environnement, David Heurtel.

PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Quotidien

M. David Heurtel,

Ministre du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques

Je désire vous soumettre mes questions relatives au projet du Lac à Paul. Voilà 15 ans, j'ai décidé pour mes enfants et leurs descendants de m'installer dans un lieu naturel exempt de polluant pour la qualité de vie, la santé et par souci environnemental. Notre famille s'est donc installée sur les berges du fjord du Saguenay, site exceptionnel dont la mise en valeur récréotouristique devrait être systématique. Le projet de mine va selon moi à l'encontre de la préservation de l'environnement, de la prévention, en plus de nuire à la santé publique. Je crois que le développement et l'accessibilité au fjord, lieu actuellement à l'étude pour la liste du patrimoine de l'UNESCO, devraient être directement liés à tout projet écoresponsable, et préservé tel quel pour la population actuelle et future. En installant des silos, un convoyeur et un terminal maritime sur le fjord, en face d'un autre port, Arianne Phosphate brisera le caractère identitaire de ce magnifique et rare paysage naturel. Ce projet qui exige des travaux énormes ne peut qu'entraîner des conséquences néfastes sur la nature. Nous n'avons qu'à citer quelques espèces menacées ou en péril comme le caribou forestier, le saumon, le pygargue à tête blanche et bien sûr la seule colonie sédentaire de bélugas au monde qui vit dans le fjord.

De plus, comme Innue de Mashteuiatsh, je me questionne sur la protection du patrimoine culturel et la préservation de la qualité de vie des membres des Premières nations qui, sur ce territoire ancestral, pratiquent la chasse, la pêche et la cueillette de fruits sauvages. Pouvez-vous m'assurer, M. le ministre, que mes petits-enfants pourront encore dans 20 ans aller vivre leurs traditions sur ce territoire? Croyez-vous réellement que les animaux, à cause des bruits, de la présence intensive de l'activité humaine, vivront encore sur nos territoires protégés? Comme dernière préoccupation, je sonne l'alarme concernant la santé et la sécurité de la population en ce qui a trait au transport du minerai sur la route forestière «R200»: 60 000 passages de véhicules légers y ont été enregistrés en 2013-2014; 1 500 passages de véhicules lourds; 1 320 propriétaires et 125 chalets se retrouvent dans ce secteur; plus de 20 croisements sont identifiés pour le passage de motoneiges, de quads, de vélos; le Parc des Monts Valin prévoit installer une halte d'intérêt visuel au canyon de la rivière Sainte-Marguerite... Cette population emprunte les routes et devra donc rencontrer plusieurs fois par jour sur la R200 les camions hors-norme. Alors, même si la compagnie affirme que le transport du minerai cessera les fins de semaine pour éviter les accidents, peut-on affirmer que la santé et la sécurité de la population seront préservées? Selon moi, le transport demeure un enjeu majeur de ce projet.

Je terminerai en soulignant que même si des efforts d'amenuisement ont été présentés par la compagnie, les bouleversements identifiés dans l'étude d'impact sont d'une ampleur sans précédent. Comme citoyenne, je crois que vous devriez faire en sorte que le fjord du Saguenay devienne un «Paysage terrestre et marin protégé", ceci afin d'assurer la protection de ce territoire habité présentant un intérêt particulier en matière de diversité.

Michèle MartinMembre de la nation Innue du Piekuakami Mashteuiatsh

Citoyenne de Saint-Fulgence

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer