Agir pour la forêt!

Laurent Lessard... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Laurent Lessard

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Quotidien

Au cours des derniers jours, une large couverture médiatique concernant la situation de l'industrie forestière me donne l'occasion de rectifier certaines affirmations quant à la gestion de la forêt québécoise. Depuis le 1er avril 2013, le Québec dispose d'un régime forestier renouvelé qui se fonde sur les plus hautes normes d'aménagement durable des forêts.

Il met en oeuvre une variété de moyens permettant de pratiquer une foresterie durable, notamment par l'aménagement écosystémique, et s'appuyant sur les connaissances scientifiques les plus à jour. Notre forêt publique est aussi la plus certifiée au monde. À ce jour, quelque 90% de la superficie des territoires forestiers publics sous aménagement sont certifiés, soit environ 33 millions d'hectares. Nous avons de plus implanté un grand réseau d'aires protégées qui est en progression constante: de 2% du territoire en 2000 à plus de 9% aujourd'hui! De ce nombre, mon ministère est directement responsable de plusieurs réalisations qui sont comptabilisées au registre des aires protégées (parcs nationaux, refuges fauniques, écosystèmes forestiers exceptionnels, refuges biologiques), mais aussi de plusieurs sites de conservation qui sont déjà protégés en vertu de mesures administratives. Les changements apportés à la gestion forestière québécoise depuis dix ans répondent à plus de 80 % des recommandations du rapport sur la Commission d'étude sur la gestion de la forêt publique québécoise (Rapport Coulombe). Il est vrai que l'entreprise PFR s'est vue suspendre, en janvier 2014, deux de ses certificats du Forest Stewardship Council (FSC) dans la région du Saguenay-LacSaint-Jean, et ce, principalement en raison d'enjeux liés à l'application de la lettre Baril-Moses avec les Cris. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle nous avons mandaté Me Lucien Bouchard pour négocier avec les communautés autochtones concernées.

Il est important de rappeler que la certification forestière est un processus volontaire, de la part des entreprises, dans le but de répondre aux exigences du marché. Ces certifications vérifient notamment les bonnes pratiques forestières de ceux qui aménagent la forêt en respectant les lois et les règlements en vigueur sur le territoire. Je crois qu'il est important de mentionner que mon ministère accompagne les entreprises dans les processus de certification et d'audit, et ce, afin de maximiser les retombées économiques de l'industrie forestière.

Le gouvernement du Québec a pris ses responsabilités, depuis juillet dernier, nous mettons de l'avant un plan de promotion du régime qui nous a amené à rencontrer plus de 15 acheteurs majeurs de produits forestiers québécois à l'international. Nous avons aussi créé une table d'échange et d'information avec les maires des régions forestières et je rendrai bientôt public le plan de rétablissement du caribou forestier. Finalement, mon ministère est en contact avec le gouvernement fédéral ainsi qu'avec FSC Canada afin de présenter les bonnes pratiques mises de l'avant par les entreprises et de faciliter les dossiers de certification.

Conscient de l'importance de l'industrie forestière pour l'économie du Québec, notre gouvernement ne ménagera aucun effort pour soutenir et défendre cette industrie. Car derrière toutes ces normes et ces statistiques, il faut garder en tête nos travailleurs et leurs familles, dans plus de 140 municipalités, qui contribuent à développer et à faire prospérer le Québec.

Laurent Lessard

Ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer