Du bon monde...

Il s'agit du deuxième événement à survenir au... (Archives Michel Tremblay)

Agrandir

Il s'agit du deuxième événement à survenir au 21 rue Price en moins d'une semaine. Jeudi dernier, deux individus auraient vidé les chargeurs de deux armes à air comprimé sur une tierce personne.

Archives Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Quotidien

«Le gars du 21 Price». Félicitations M. Roger Blackburn! Mon épouse et moi avons été touchés par votre chronique parue dans le Progrès-Dimanche du 8 mars.

Enfin l'envers de la médaille puisque de nos jours tout ce qui attire la société, c'est le sensationnalisme, la recherche du négatif ou de la victime facile pour généraliser et taper dessus sans se poser de question à savoir pourquoi c'est comme ça et chercher à comprendre les raisons... Vous démontrez qu'il n'y a pas que du mauvais monde qui vivent dans la misère ou dans la tourmente de la survie au quotidien. Bien entendu il y a des personnes qui sont foncièrement mauvaises, mais selon mon expérience de vie, ce n'est pas la majorité et souvent elles ont connu un long et difficile parcours pour arriver à ce comportement.

Plus souvent qu'autrement il y a des gens qui dès leur enfance tombent dans ce passage de survivance, la mésadaptation, les maladies ou la toxicomanie... De plus, la désinstitutionalisation dans les hôpitaux accentue ces milieux tel que le «21 Price». Les centres d'aide ne sont pas tous accessibles pour ces personnes. Il y a aussi les mésadaptés sociaux qui s'y retrouvent.

Bien entendu les gens qui ont ces problèmes ne sont pas tous de mauvaises personnes, souvent on y retrouvent de bonnes personnes, toujours prêtes à aider et souvent pleines de qualité et combien habiles de leurs dix doigts. Je ne crois pas que la société puisse apporter des changements majeurs dans leur vie et leur comportement mais ce sont des humains et ils ont droit de vivre et surtout droit au respect. Il faut chercher à connaître leur parcours et leur histoire avant de juger.

Encore merci M. Blackburn de nous ramener à la réalité, soit que le 21 rue Price de Chicoutimi abrite des personnes foncièrement bonnes et qui survivent à leur manière.

Denis Lalancette

Chicoutimi

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer