En campagne électorale...

Le ministre fédéral de l'Agence de développement économique,... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Le ministre fédéral de l'Agence de développement économique, Denis Lebel.

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le Quotidien

Stupéfait, éberlué, découragé... Je ne trouve plus les bons synonymes pour exprimer mon étonnement et mon découragement devant les nouvelles télévisuelles et les articles parus dans Le Quotidien (au cours des derniers jours) concernant le ministre Denis Lebel et sa campagne électorale.

Car il est en campagne, et ce malgré son déni, et il le fait au moyen de nos impôts. Comment expliquer que des gens influents tels des maires se prêtent à cette mascarade électoraliste en se pavanant, après avoir reçu des subventions du ministre Lebel? Depuis que les conservateurs sont au pouvoir, l'ensemble du Canada nage dans une cacophonie de pertes d'emplois, d'appauvrissement de la société et de la classe moyenne, sans compter des chômeurs en quantité industrielle qui en plus ne peuvent (pour certains) avoir accès à l'assurance-emploi. C'est un recul de plus de 50 ans que nous vivons avec ce gouvernement.

Ce recul est tellement criant que, quand j'ai entendu et vu la photo parue dans notre Quotidien, des maires et du lieutenant québécois des conservateurs Lebel, en appui à celui-ci, je croyais voir une reprise de l'émission «Le temps d'une paix»! Il ne manquait que la photo soit en noir et blanc!

Loin de moi l'idée de vouloir empêcher les villes et nos régions d'accéder à ces subventions, mais il faut être honnête et regarder la liste des arguments pour et contre dans les réalisations de M. Lebel et des conservateurs avant de prendre parti pour un député, et ce même si tu viens de recevoir ta part du gâteau. À ce que je sache, ce sont mes impôts qui servent pour ces subventions et sans faire l'exercice des pour et des contre, pour le moment, je sais que le Saguenay-Lac-Saint-Jean détient le record du plus haut taux de chômage au Canada. Comment des maires peuvent-ils oublier cette réalité et les travailleurs qui vivent dans leur ville?

Messieurs les maires, je vous décerne le prix citron pour votre rôle dans cette mascarade électorale. Pensez donc à vos travailleurs et à vos petites et moyennes entreprises qui sont les piliers de votre économie et qui sont gravement affectés par cette réalité économique, résultat d'un gouvernement conservateur...

Denis Lalancette

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer