Être à l'écoute!

Le ministre Denis Lebel.... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Le ministre Denis Lebel.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Quotidien

Ayant pris connaissance de la lettre ouverte publiée dans cette tribune du Quotidien le 29 décembre dernier qui m'interpelle directement, je tiens à corriger plusieurs allégations formulées par son auteur. En tout premier lieu, comme député provenant du Lac-Saint-Jean, je suis très bien au fait des défis auxquels fait face l'industrie forestière. Je tiens à rappeler que la gestion de la forêt demeure d'abord et avant tout une compétence provinciale.

Ceci étant dit, notre gouvernement conservateur en a fait plus pour la forêt que tout autre gouvernement fédéral dans l'histoire du Canada. Nous investissons notamment dans la modernisation du secteur forestier, dans le développement de nouveaux produits, dans la sylviculture, le reboisement et la lutte à la tordeuse des bourgeons de l'épinette dans le Canada atlantique et au Québec.

Depuis 2006, nous avons effectués des investissements de plus de 1,7 milliard de dollars dans la forêt. C'est du sans précédent.

Il faut aussi mentionner que le secteur automobile et le secteur forestier ne se prêtent pas à comparaison. Dans le cas du secteur automobile, on parle d'un secteur profondément intégré avec celui des États-Unis. Ne pas offrir des prêts à l'industrie similaires à ceux consentis par les États-Unis aurait eu des conséquences désastreuse non seulement pour l'Ontario, mais pour toute l'économie canadienne.

Les commentaires du lecteur sur l'assurance-emploi sont aussi erronés. Dans les faits, le taux de souscription au programme n'a baissé que de 1%. Dans 80% des cas où quelqu'un s'est vu retirer ses prestations, c'est qu'il se trouvait à l'extérieur du pays.

Comme vous le savez, c'est l'ancien gouvernement libéral, pas nous, qui a pigé des dizaines de milliards dans la caisse d'assurance-emploi.

Je tiens aussi à corriger les allégations à tout le moins trompeuses concernant le dossier de l'inspection des aliments. Comme le signataire de la lettre ouverte le sait sûrement, une étude récente du Conference Board classe le Canada au premier rang des pays de l'OCDE en ce qui a trait à la qualité de ses services d'inspection des aliments. Je noterai de plus que notre dernier budget prévoit l'embauche de nouveaux inspecteurs et des programmes d'inspections améliorés.

Finalement, l'auteur ignore les faits lorsqu'il parle de la Subvention canadienne pour l'emploi. En réalité, nous avons justement conclu une entente spéciale avec le gouvernement du Québec afin d'utiliser les programmes qui y existent déjà étant donné qu'ils rencontrent les objectifs de notre initiative.

Denis Lebel

Ministre de l'Infrastructure, des Collectivités et des Affaires intergouvernementales canadiennes et ministre de Développement économique Canada pour les régions du Québec

Député de Roberval-Lac-Saint-Jean

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer