Des questions légitimes

Motel industriel aéronautique à l'aéroport de Bagotville.... ((Archives))

Agrandir

Motel industriel aéronautique à l'aéroport de Bagotville.

(Archives)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le Quotidien

Le maire Tremblay pourra bien continuer de faire des grimaces, taper du pied, et accuser comme à son habitude la conseillère municipale Josée Néron de tous les maux de la planète, mais il n'en demeure pas moins qu'il sera, en cas d'échec, le seul et unique responsable de l'avortement du projet de motel industriel aéronautique à l'aéroport de Bagotville. C'est probablement d'ailleurs le souhait que nous devrions tous nous faire...

À ce que nous entendons, Mme Néron ne s'oppose pas au projet simplement parce que ça lui tente. Elle ne fait que soulever la nécessité que ce projet soit structurant, rentable, dans l'intérêt des citoyens, qu'il soit mené correctement, dans le respect des lois. Et ce n'est pas parce que le gouvernement fédéral offre à échéance des subventions intéressantes qu'il faille se lancer dans des dépenses inconsidérées sans avoir au préalable élaboré un solide projet qui fait l'unanimité et qui prévoit de réelles retombées. À toutes les semaines, les réclames publicitaires offrent des produits ou services à prix fort intéressants; on ne se garroche pas pour autant dans les commerces pour y acquérir à bas coût quelque chose dont on n'est pas certain de l'utilité.

Mme Néron a raison de soulever des questions. Le maire peut-il nous dire sans s'énerver quelles sont les retombées de ses démarches avec FerroAtlantica? Avec Cobalt? Justement, avec cette dernière, n'y voit-on pas des allures de déjà vu? L'argent du contribuable peut-il être utilisé judicieusement? Combien de millions ont été dépensés pour un quai d'escale alors que les bateaux de croisière n'y accostent qu'entre 2 à 3 semaines par année? Avec nos taxes, tout semble permis: pensons à cette affreuse Place du Citoyen que personne ne fréquente et dans laquelle on a jeté plusieurs millions au lieu de réparer les principales artères de la ville qui en avaient et qui en ont encore rudement besoin. Et si on recule un peu dans l'histoire, on découvre malheureusement des décisions précipitées qui nous ont coûté très cher collectivement: l'affaire Bertrand Girard, l'affaire BTF et au dossier de la prière qui est devenu une référence en guise d'entêtement, alors qu'un simple petit trente secondes de recueillement intérieur aurait suffi en mettant fin au litige. Voilà des exemples concrets de ce qu'on fait de notre argent... C'est mon argent, notre argent à tous qu'on dilapide. Et, il ne faudrait pas oser questionner le maire sur le sérieux d'un projet inconnu? Sa job, c'est aussi de répondre en toute transparence, pas seulement de tirer partout et d'invectiver ceux qui ont une opinion différente.

Trouve-t-on normal le silence des conseillers de la vieille garde? Ne voient-ils pas ce qu'on voit? Sont-ils en place depuis trop longtemps? Pourquoi ce mutisme et ce manque de courage pour oser, eux aussi, juste oser une seule fois poser les bonnes questions? Y aurait-il alors danger pour eux de perdre quelques mandats et l'argent qui va avec? Par surcroît, s'il est vrai qu'ils n'ont pas eu droit à quelques longueurs d'avance concernant les grandes lignes du budget 2015, ce dont il est permis de douter, c'est à peine en quelques minutes qu'ils y ont donné leur appui et adopté, la main devant les yeux, une hausse moyenne de taxes de 3,9% en 2015. Et tout cela, sans questions, ni débat de fond! Quelle rigueur! Ça ferait un temps que l'entreprise privée les aurait virés.

Oui, Mme Néron peut et doit poser des questions. Enfin, je tiens à préciser que je ne suis aucunement membre de l'ERD. Je suis un simple citoyen capable de ses propres opinions qui, comme bien d'autres, en a assez de ce qui se passe avec notre ville qui a perdu ce qu'elle avait de plus précieux: sa fierté et sa transparence.

Yvon Riopel

Chicoutimi

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer