Un bâtiment phare!

L'église Fatima.... ((Archives))

Agrandir

L'église Fatima.

(Archives)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Quotidien

Il est de mon avis et expertise sur les marchés internationaux que l'église Notre-Dame-de-Fatima représente le seul emblème potentiel de différenciation du Saguenay-Lac-Saint-Jean ailleurs dans le monde et ce, nonobstant le caractère patrimonial religieux du lieu. Ce bâtiment est unique et peut interpeller l'imaginaire collectif de la majorité des pays, entre autres dans son rappel des premières nations. Il a d'ailleurs déjà fait partie du fameux Guide Michelin, mais nécessite une stratégie régionale pour être exploité à bon escient.

En proportion, ce bâtiment est notre opéra de Sydney, notre Empire State Building, notre tour de Pise ou Eiffel. D'ailleurs, plusieurs artistes et personnalités, dont Guy de Maupassant et Alexandre Dumas, avaient fortement protesté contre l'édification de cette tour en arguant qu'elle détruirait le paysage de Paris. Vous imaginez-vous Paris sans elle aujourd'hui?

Lorsque j'ai montré une photo de Fatima à des producteurs japonais, ils n'en croyaient pas leurs yeux, eux que je rencontrais d'ailleurs dans un tipi lors d'un festival au pied du Mont Fuji. Construire un tel bâtiment serait quasi impensable aujourd'hui, mais de le détruire l'est presque tout autant.

Je préside le Conseil d'administration d'un centre d'artiste contemporain à Alma, Langage Plus, et vous ne serez pas surpris d'entendre que plusieurs des artistes étrangers que nous recevons en résidence chaque année s'inspirent des premières nations pour leur création in situ. C'est d'ailleurs dans cette même optique que le bureau de développement touristique a choisi d'installer des tipis pour recevoir les croisiéristes internationaux à La Baie.

À mon avis, il faut oublier le caractère «religieux» de ce bâtiment et s'attarder à son utilisation future, ce pourquoi il doit être préservé.

Je m'impliquerai volontiers à trouver une vocation unique à Fatima une fois que sa survie en sera assurée; j'ai à cet effet déjà des discussions d'intérêt avec une professeur de l'Université Columbia à New-York, docteure en Histoire de l'art et d'architecture de l'Université Harvard, qui s'intéresse à Fatima et suit le dossier. Sans blague!

Saguenay a déjà fait preuve de vision internationale dans le dossier des croisières malgré le cynisme d'une partie de la population; elle pourra donc défendre ce même point de vue dans la commercialisation de l'image de Fatima si on la lui présente. Si on lui demandait, il y a fort à parier que le premier ministre, également responsable de la région, aurait la même vision, lui dont la sensibilité internationale est déjà bien documentée, idem pour les Sirois, Lamarre, Bouchard et Godin de ce monde.

Claude Girard

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer