Fjord: une année chargée!

L'Anse-à-Pelletier à Saint-Fulgence... ((Archives))

Agrandir

L'Anse-à-Pelletier à Saint-Fulgence

(Archives)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Quotidien

Le 24 octobre 2013, les résidants de l'Anse-à-Pelletier à Saint-Fulgence prenaient connaissance d'un courrier de la minière Arianne Phosphate (AP) leur signifiant son intention de construire chez eux un nouveau quai sur le Saguenay. Surprise et incompréhension! Le port de Grande-Anse situé juste en face n'est-il pas sous-utilisé? Le projet d'AP heurtant profondément leurs valeurs et leurs plans d'avenir, les résidants ont formé le Collectif de l'Anse-à-Pelletier.

ls ont exprimé haut et fort leur opposition au projet du nouveau quai lors d'une assemblée publique tenue le 5 novembre 2013. Depuis lors, ils documentent ce dossier. Ils ont même travaillé avec la minière pour définir un cinquième parcours pour le transport. Le Collectif souhaite le démarrage de la mine, mais exige qu'aucune nouvelle infrastructure portuaire ne soit créée dans le fjord du Saguenay tant que les infrastructures existantes ne sont pas utilisées à pleine capacité. Des cinq parcours que nous savons connus d'AP, un seul ne respecte pas ce principe, soit celui de l'Anse-à-Pelletier. Trois parcours (Dolbeau-Mistassini, Alma et le nôtre via la ZEC Onatchiway) vont à Grande Anse, alors qu'un cinquième se termine à Forestville sur la Côte-Nord. Le Quotidien du 24 novembre dernier confirme l'entêtement de la minière à privilégier le scénario Anse-à-Pelletier. Il reste à espérer que le mérite de chacun des parcours sera débattu au BAPE.

Un an déjà, donc. Qu'est-ce qui a changé en un an? Le prix du phosphate sur le marché international a baissé et le World Bank Group ne prévoit pas d'embellie. L'action d'AP à la bourse de Toronto se transige à 0,70$ après avoir atteint un pic de 1,60 $ il y a un an à peine. Cette débandade vient-elle du scepticisme des investisseurs envers la faisabilité d'une stratégie de transport par camion qui n'a pas d'équivalent au Québec, sinon dans le monde, pour déplacer un si grand volume de matériel sur une si grande distance dans des conditions topographiques et climatiques aussi difficiles que celles retrouvées sur le massif des Monts Valin? Un autre changement consiste en l'engagement de conseillers stratégiques et de lobbyistes. AP est maintenant perçu comme le «sauveur» de la région. Les conseillers stratégiques ont bien fait leur boulot. Quant aux lobbyistes, ils visent essentiellement à influencer un gouvernement obnubilé par son «Plan Nord+». Ça marche puisque le premier ministre lui-même est venu annoncer en septembre dernier un investissement de 2 M$ dans AP. Sont-ce les premiers dollars d'argent public annonciateurs de plusieurs autres? On verra, mais ce serait particulièrement indécent à nos yeux dans le contexte actuel de fortes coupures budgétaires en santé et en éducation.

Ce qui n'a pas changé en un an? Le port de Grande Anse est toujours sous-utilisé et on attend le premier train sur la nouvelle desserte ferroviaire qui a englouti 37 M$ de fonds public. Nos élus salivent toujours à l'idée d'ajouter un nouveau quai sur la rive nord, même s'il abîmera notre fjord un peu plus. Les utilisateurs de la route forestière multi-usage rêvent de l'autoroute promise sans penser au cauchemar qu'engendrera un trafic lourd d'une ampleur inégalée sur une route forestière sinueuse. L'indispensable acceptabilité sociale reste à prouver. L'investisseur majeur tant attendu se fait toujours tirer l'oreille.

Ces éléments négatifs devraient rassurer les défenseurs du fjord. Pourtant non. Un élu a dit que, AP ou pas, ça va prendre un quai sur la rive nord du Saguenay afin de stimuler l'économie de son coin de pays. Utiliser des fonds publics pour hypothétiquement attirer l'argent privé est une stratégie bien connue. M. Couillard en fait l'un des fondements du Plan Nord+ et Saguenay a justifié sa desserte ferroviaire de Grande-Anse de cette façon, sans succès notable jusqu'ici. Donc, même sans AP, le fjord n'est pas à l'abri de la pensée magique. Sommes-nous les seuls à vouloir le protéger de la bêtise humaine?

Collectif de l'Anse-à-Pelletier

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer