Une augmentation prévisible!

Le couperet vient de tomber! Monsieur le maire de Saguenay, Jean Tremblay, nous... ((Archives))

Agrandir

(Archives)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le Quotidien

Le couperet vient de tomber! Monsieur le maire de Saguenay, Jean Tremblay, nous prépare psychologiquement à une augmentation des taxes dans son prochain budget. Et naturellement la faute vient des gouvernements supérieurs si on se fie à ses récentes déclarations. Mais est-ce bien vrai?

On dit souvent qu'on se désole lorsqu'on se regarde mais qu'on se console lorsqu'on se compare aux autres. Ce n'est toutefois pas toujours le cas. Pour s'en convaincre, comparons-nous à la ville d'Alma qui est aussi une ville, toute proportion gardée, dotée d'un parc immobilier industriel et commercial équivalant à celui de Saguenay. Voici quelques indices qui illustrent leur situation financière respective.

L'endettement total à long terme est de 344 M$ (5215$ par logement) à Saguenay et de 28 M$ (2058$) à Alma. Saguenay totalise, en cinq ans, un déficit annuel d'opérations avant les conciliations pour des fins fiscales de 92 M$ (1393$ par logement) alors qu'Alma totalise un surplus de 23 M$ (1663$). Une méchante différence de 3056$ en faveur d'Alma. Le maire a plutôt tendance à utiliser les résultats d'opérations après ajustement pour des fins fiscales. Rappelons que ces ajustements fiscaux ne sont que des mesures temporaires qui consistent à reporter à plus tard certaines dépenses qu'il faudra nécessairement payer un jour ou l'autre. C'est de cette façon qu'un déficit se transforme par enchantement en surplus dans la bouche du maire.

Saguenay affiche un déficit actuariel pour les fonds de pension de plus de 125 M$ (1933$ par logement) alors qu'Alma a réussi à contenir le sien à 13 M$ (944$).

Saguenay a sciemment transféré à des organismes parapublics, avec la permission discrétionnaire de l'ancien ministre des Affaires municipales, M. Lessard, des emprunts de plus de 40 M$ pour des projets d'investissements qui auraient dû faire l'objet de règlements d'emprunt et par conséquent, s'ajouter à l'endettement total à long terme, alors que la ville d'Alma n'utilise pas cette pratique. Car c'est nécessairement la cille qui paie ces emprunts.

Il n'est pas surprenant qu'après plusieurs années de vaches grasses les coffres de la ville de Saguenay soient vides.

L'«administration Tremblay-Harvey-Provencher» a dilapidé les revenus de taxation provenant particulièrement des industries et des commerces pour, entre autres, des dépenses de «développement économique» de plus de 72 M$ depuis dix ans sans création d'emplois significative. À cela s'ajoute la réalisation de projets des plus farfelus à mon avis qui ont gonflé dramatiquement la dette à long terme.

L'administration Tremblay ne se donne vraiment pas de chance. Nul besoin de blâmer les autres.

«Aide-toi et le Ciel t'aidera», disait la chanson.

Jacques Pelletier

Chicoutimi

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer