Des noms significatifs

La vision architecturale du nouveau pont Champlain.... (Illustration présentée à la conférence de presse)

Agrandir

La vision architecturale du nouveau pont Champlain.

Illustration présentée à la conférence de presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Quotidien

Le chroniqueur Bertrand Tremblay, dans Le Quotidien de lundi dernier, s'inscrit en faux face à la proposition (finalement écartée) du gouvernement conservateur de donner au nouveau pont qui remplacera le désuet pont Champlain, à Montréal, le nom de pont Maurice-Richard. D'accord avec M. Tremblay, la mémoire du Rocket est déjà bien honorée par les Montréalais. Son nom est attribué à un aréna de Montréal, s'accordant davantage avec le passé du célèbre numéro 9 de nos «Glorieux», un aréna qui s'impose comme un élément distinct de l'architecture de Montréal, par son achitecture circulaire et ses formes arrondies.

Pourquoi les conservateurs de Stephen Harper tenaient-ils tant à donner le nom du «Rocket» au futur pont? M. Tremblay pense que c'est pour mieux faire avaler aux Montréalais la pilule amère du péage annoncé sur celui-ci. Moi, je soupçonne plutôt les conservateurs de pratique clientéliste auprès des électeurs du Montréal métropolitain. Une méthode qu'ils ont, entre autres, développée lors d'élections antérieures auprès de la communauté juive ontarienne. Leur cote de popularité est tellement basse dans la Belle province qu'ils espèrent que l'icône représentée par Maurice Richard et vénérée par tant de Québécois saura rappeler ces derniers au bon souvenir de ceux-là, pour, de ce fait, les faire rebondir dans les sondages en vue de l'élection fédérale d'octobre 2015.

D'autre part, lorsque le pont Champlain sera démantelé et remplacé par un autre, c'est d'un nouveau pont dont il sera question. Conséquemment, l'occasion serait belle pour lui donner un nouveau nom: celui de «pont Maisonneuve» en l'honneur du fondateur de la ville de Montréal, Paul de Chomedy, Sieur de Maisonneuve. Pour nous rappeler notre devoir de mémoire envers le fondateur de la ville de Québec, il y a déjà des écoles et des rues en son nom partout au Québec. Il y a, également, le magnifique village Champlain dans la circonscription électorale de Champlain, en Mauricie.

Bien qu'à titre de Saguenéenne, j'ai de la misère avec la redondance toponymique, les membres du Mouvement Chicoutimi savent de quoi je parle, et si l'on tient absolument à donner à un pont le nom de Champlain, pourquoi ne pas l'attribuer au vieux pont de Québec, surnommé, «la huitième merveille du monde», qui surplombe le boulevard Champlain et le fleuve Saint-Laurent? Montréal et Québec imiteraient ainsi la ville de Trois-Rivières, qui a donné à son pont, également sur le Saint-Laurent, celui de son fondateur, Théodore Bochart du Plessis, sieur de Laviolette.

Blandine Lapointe-Brassard

Jonquière

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer