S'écraser!

Centrale Jim-Gray... (Photo archives)

Agrandir

Centrale Jim-Gray

Photo archives

Partager

Le Quotidien

Au cours du siècle dernier, quelqu'un m'avait suggéré que pour prétendre à un développement socioéconomique efficace au Saguenay-Lac-Saint-Jean, ça prendrait un gouvernement supra-régional qui présiderait à nos destinées. J'avais pas trop su quoi répondre à ce moment. Aujourd'hui, je saurais.

Je lui répondrais que nous en avons, à notre insu, toujours eu un: «Consolidated Bathurst-Abitibi-Bowater» recyclés en Produits forestiers Résolu. À l'automne 2011, Clément Gignac, alors ministre des Ressources naturelles, avait rappelé à Résolu qu'elle avait jusqu'au 31 décembre 2011 pour lui soumettre un nouveau plan d'investissements régional, tel que prévu par la loi, au risque de se voir privée de ses privilèges d'exploitation de la centrale Jim-Gray. Laquelle, faut-il le redire, appartient à nous le peuple. Cependant, Richard Garneau, son pdg, s'était bien gardé de répondre, ni par oui, ni par non, à la demande des libéraux alors au pouvoir. J'avais quand même cru, naïve que je suis, que cette fois, le bon bout du bâton était entre nos mains le Québec étant une démocratie.

Je constate, aujourd'hui, m'être, royalement trompée. Les libéraux ont, de janvier à août 2012, laissé Résolu se servir, à sa guise, de la centrale. Les péquistes, au pouvoir, depuis septembre, ont endossé, à leur tour, le petit manège de Résolu, jusqu'à maintenant. Et qu'est-ce que l'on apprend, dans Le Quotidien, sous la plume du journaliste, Denis Villeneuve? Que Québec va étirer les droits de la forestière sur Jim-Gray pour un autre quatre mois, sans rien demander en retour. Cela m'a retournée! Même pas une preuve de bonne volonté, une intention balbutiée d'un plan d'investissements venant de la compagnie. Mais, probablement, des menaces d'autres coupures de postes si la compagnie se voyait mis au pas par le gouvernement, selon les «presque-dires-mêmes» de l'attaché politique de la ministre des Ressources naturelles.

À voir ces gouvernements qui se succèdent s'écraser, il est à se demander si au Québec, il n'y a pas toujours eu un «gouvernement de non-élus» pour présider à nos destinées.

Odette Chicoine

Chicoutimi

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer