QUESTIONS CRUCIALES

La question d'un nouveau pont sur le Saguenay en est une à long terme. Or, les... (Photo archives)

Agrandir

Photo archives

Partager

Le Quotidien

La question d'un nouveau pont sur le Saguenay en est une à long terme. Or, les priorités actuelles du ministre des Transports, Sylvain Gaudreault, sont de gérer le court terme dans un contexte de gouvernement minoritaire. Il sait très bien que donner le feu vert à la moindre étude pour un nouveau pont créerait des attentes. Il serait «pris» avec ces attentes si le gouvernement n'est pas réellement sérieux à aller de l'avant ! C'est donc faire preuve de prudence et c'est très correct car on n'est pas rendu là encore. La question du nouveau pont n'est pas de savoir s'il en faut un, mais quand! Il faut poursuivre la réflexion pour faire le bilan sur tous les plans. Le développement des localités au nord augmente le trafic du pont qui, en retour, freine leur développement. Un deuxième pont aiderait à coup sûr la région tout en sécurisant le lien nord-sud avec tous les avantages que cela comporterait. Le ministre Gaudreault pourrait au moins donner le feu vert à une étude « d'origine et destination » qui a été faite dans toutes les agglomérations urbaine du Québec, même Trois-Rivières et Sherbrooke, et qui n'a même pas été faite à Chicoutimi. Cela permettrait d'étoffer l'information pour décider de son emplacement. Ensuite, on pourrait passer à l'étape de l'étude que M. Pettersen demande et qui permettrait de déterminer le meilleur emplacement d'un pont. Mais, je pense que faire «fitter » un pont à un concept à la mode (les hydroliennes) est pervertir l'ordre des choses. Nous ne sommes pas à quelques mégawatts près au Québec pour se retrouver avec un pont inefficace même s'il se paye tout seul car on devra faire une croix sur un autre s'il s'avère un échec face aux solutions qu'il doit apporter. Avant de parler d'un concept d'une centrale marémotrice pour «payer» un pont, il faut se poser des questions précises. Est-ce que la variation du niveau d'eau est rentable ? Des hydroliennes submergées seraient possiblement plus efficaces aux rapides situées en amont. Est-ce que la population est prête à sacrifier l'environnement urbain qu'offre la rivière Saguenay à l'endroit concerné ? Est-ce qu'il y aura des risques d'érosions et de nouveau glissement de terrain à St-Jean-Vianney? Seule une étude géologique pourra le dire. Est-ce que le trafic en bénéficiera? Considérant les contraintes des milieux aquatiques, l'autorisation sera-t-elle donnée à un double concept pontcentrale marémotrice? Je crois qu'une nouvelle étude doit se faire d'ici quelques années, quand la réfection du pont Dubuc sera complétée.

Pierre Charbonneau

Jonquière

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer