Prendre le temps

Il faut prendre le temps de lire le rapport du BAPE (accessible sur son site... ((Archives))

Agrandir

(Archives)

Partager

Laval Gagnon
Le Quotidien

(Saguenay) Il faut prendre le temps de lire le rapport du BAPE (accessible sur son site internet) sur la construction de la desserte ferroviaire de Grande-Anse pour mesurer à quel point les promoteurs, Port-Saguenay et Promotion Saguenay, ont négligé de traiter ou mal évalué des points névralgiques.

Le BAPE relève en effet plusieurs failles, lacunes et contradictions dans leur appréciation de l'impact éventuel sur les milieux humides et hydriques (dont les ruisseaux et les tourbières), la flore et la faune, les zones résidentielles, agricoles et de villégiature, le niveau sonore, le trafic ferroviaire de Rio Tinto Alcan et l'impact à long terme du développement industriel du secteur. L'organisme recommande une série de mesures et de conditions préalables à l'autorisation du début des travaux. Si le ministre de l'Environnement les faits siennes, il est plus que probable que les travaux ne pourront débuter dans les premiers mois de l'année, peut-être pas avant un an, contrairement à ce que souhaitent les promoteurs.

Pour plusieurs raisons, plus larges que la simple construction d'une desserte ferroviaire, il faut souhaiter que le ministre accepte le rapport dans son intégralité et impose les mesures proposées. Le délai nous permettrait un débat qui n'a jamais eu lieu, pas même au conseil municipal, celui sur la stratégie de développement du port de Grande-Anse et de la construction d'un méga parc industriel dans le secteur.

Des experts le confirment, le port de Grande-Anse situé dans un secteur escarpé relativement peu attrayant, peine à trouver des niches de développement autres que les produits liés à l'industrie de la forêt et l'aluminium. Au cours des deux dernières années, le port affiche des baisses respectives de marchandises manutentionnées de 12 et de 10 pour cent. Quelques projets, dont un port méthanier, ont été avancés pour relancer le port, mais ils sont vite apparus des fantasmes plutôt que des opportunités réelles. Le Plan Nord et deux projets miniers (Black Rock et Arianne) allaient ranimer les promoteurs qui ont menés avec succès des démarches politiques intensives pour subventionner la construction de la desserte ferroviaire. Port Saguenay et Promotion Saguenay font maintenant miroiter l'expansion du port avec la construction à proximité d'un important parc industriel pour l'industrie lourde.

Pourtant dans un marché minier de plus en plus difficile, rien ne garantit que les projets miniers vont effectivement aboutir, et aucune entente formelle n'assure que les entreprises en cause vont choisir Grande-Anse. Bien plus, le pari des promoteurs saguenéens d'investir massivement l'argent public dans ces infrastructures ne s'appuie sur aucune étude économique, habituellement obligatoire dans de tels projets.

Il y a là assez pour justifier un examen plus approfondi d'un projet régional dont l'impact immédiat et les conséquences à long terme sont aussi imprévisibles. D'abord par une intervention plus que justifiée du ministre de l'Environnement. Ensuite par un nécessaire débat public pour associer la population à un projet impliquant notre avenir collectif.

Laval Gagnon

Saguenay

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer