L'Homme et la bête

Partager

Sur le même thème

Sylvain Côté
Le Quotidien

(Alma) Je ne suis pas contre la vertu, mais si on me donne le choix entre la vie d'un animal et celle d'une famille, désolé, mais je choisis la famille. J'aimerais comprendre les enjeux d'un organisme comme Greenpeace. J'aimerais connaître leurs intérêts profonds en voulant soi-disant sauver quelques animaux? Quels sont les raisons profondes justifiant leurs actions dans le cas précis du dossier de Produits forestiers Résolu dans le dossier du caribou forestier?

Ces gens se promènent en camion, en bateau en avion comme tout le monde et ils polluent eux-mêmes il me semble. Et ils vont fermer des usines de papier et empêcher l'exploitation de la forêt. N'utilisent-ils pas eux-mêmes du papier pour leurs différents besoins, même celui de préserver les animaux?

Comme société, nous avons fait certains choix. Mais est-ce que ces choix doivent être remis en question de telle sorte que des hommes devront vivre encore plus pauvrement parce qu'on leur retire leur gagne-pain? Il ne faudrait pas tout de même pas que l'Homme soit dans l'obligation de brouter avec les animaux qui auront potentiellement été sauvés!

On ne peut pas développer la vie sans que des gestes aient une conséquence sur l'environnement. Depuis la création de la Terre, à ma connaissance, des animaux et des humains sont morts et ont été remplacés par d'autres qui se sont adaptés à leur nouvel environnement. Il y a une chaîne alimentaire. L'Homme travaille pour se nourrir.

Et pourquoi ne pas aller du côté de l'Afrique par exemple? Les organismes comme Greenpeace auraient beaucoup de travail positif à faire dans ces régions ou l'environnement est vraiment laissé pour compte. La plupart des habitants de plusieurs pays africains sont en mode survie et  occupés à trouver de la nourriture parce que des entreprises colonisatrices exploitent sauvagement les richesses de leur pays et ne leur laissent rien.

Au Burkina Faso, par exemple, pays que je connais bien, nous assistons à une déforestation en règle, laissant ainsi place au désert qui s'agrandi de plusieurs mètres chaque année. Qui s'occupe de cette déplorable situation?

Notre façon de vivre commande d'exploiter la nature de différentes manières. Jusqu'à un certain point, il faut bien entendu prendre soin de notre planète. Il nous faut tout de même prendre en compte qu'une forêt, ça repousse et ça se refait naturellement. Nous l'aidons en plantant nous-mêmes des arbres. Nous gérons la forêt, il me semble. Et les animaux, par instinct de survie, vont s'adapter ou migrer un peu plus loin.

Et si tout à coup, nous cessions d'exploiter la Terre, il nous faudra apprendre à vivre comme l'homme des cavernes. Nous serons dans l'obligation de manger les animaux que nous aurons ainsi sauvés!

Sylvain Côté

Alma

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer