Vases communicants

Partager

Le Quotidien

Mardi dernier, on pouvait lire à la Une du Quotidien : «Marois tasse les écolos». C'était faire fi de ceux qui s'opposent au projet de Val-Jalbert pour des raisons économiques. En effet, on apprenait dans l'édition du 7 novembre du Quotidien qu'en 2013, seulement, Hydro-Québec Distribution allait devoir acheter pour près de 500 M$ d'électricité dont elle n'avait pas besoin, entraînant ainsi autant de pertes pour son actionnaire, le gouvernement du Québec.

Ce qui n'a pas empêché tant la CRÉ que l'ex-recteur de l'UQAC, Michel Belley, d'accorder un appui sans réserve au projet qui, selon eux, allait contribuer au développement de la région. Au lendemain du décret gouvernemental autorisant le projet de Val-Jalbert, voilà que ce même gouvernement annonce des compressions de l'ordre de 400 M$. C'est le principe des vases communicants...

Placés devant des compressions de 124 M$, les recteurs d'universités sont révoltés. M. Belley l'est sans doute lui aussi. Par ailleurs, on apprenait dans votre édition de samedi que la CRÉ était consternée que l'enveloppe destinée au fonds de développement régional soit amputée de 23%. L'aide accordée via Val-Jalbert à un hypothétique développement régional disparaît dès le lendemain. On ne peut pas demander au gouvernement de perdre de l'argent sans conséquences. Le gouvernement Charest a placé Hydro-Québec et le gouvernement actuel dans une situation financière difficile. En donnant son aval au projet de Val-Jalbert, Mme Marois a raté une belle occasion de redresser la situation.

Martin Allard

Saint-Félicien

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer