Illogique!

Val-Jalbert... (Photo archives)

Agrandir

Val-Jalbert

Photo archives

Partager

Le Quotidien

Le 3 décembre, la première ministre du Québec donnait son aval au projet de minicentrale à Val-Jalbert. Elle disait vouloir que le projet se réalise rapidement. Difficile pour les syndicats de trouver une suite logique aux différentes annonces faites par le gouvernement depuis son élection. D'abord, en cours de campagne électorale, l'équipe Marois se proposait de refaire de la société d'État qu'est Hydro-Québec le bateau amiral de l'économie québécoise.

Sitôt élu, le gouvernement annonce la fermeture de la centrale Gentilly-2. Non pas qu'il s'agissait d'une surprise puisque cela concrétisait une promesse électorale, mais c'est dans la plus grande improvisation que l'annonce a été faite. C'est par les médias que les quelque 700 travailleurs de la centrale ont été avisés. (Ils) ont dans la gorge ce manque d'empathie. Une des raisons évoquées par la ministre des Ressources naturelles était les surplus d'électricité au Québec.

Le budget Marceau a donné une autre douche froide aux travailleurs d'Hydro-Québec avec l'annonce cette fois de l'élimination de quelque 2000 postes. On ne sait toujours pas aujourd'hui sur quelle base le gouvernement a appuyé cette décision, sinon simplement de mener une opération de rationalisation. À noter que jamais au cours de la campagne l'équipe Marois n'a parlé de cette possibilité de couper des emplois chez Hydro-Québec. Même lorsqu'il était question de Gentilly-2, on laissait miroiter le développement d'une main-d'oeuvre spécialisée en la matière et les longues années nécessaires au déclassement. Il est vrai qu'on parle d'attrition, mais l'impact sur les travaux à réaliser n'en sera pas moins important. La charge de travail est bien présente, et de penser qu'elle peut être planifiée en fonction d'une main-d'oeuvre qui ne sera pas remplacée enlève beaucoup de sérieux à la démarche. Le gouvernement vient mettre la cerise sur le sundae avec l'annonce de la minicentrale. Après avoir annoncé dans le budget Marceau qu'il déplafonnerait le bloc patrimonial et l'indexerait au coût de la vie, reniant du même coup une promesse électorale, il obligera Hydro-Québec à acquérir de l'électricité dont la société d'État n'a pas besoin. Nous avons l'impression d'avoir été bernés et la population doit partager ce sentiment.

Réjean Porlier

Président

Syndicat des technologues d'Hydro-Québec

Section locale 957

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer