L'exemple des chutes Niagara

La Société de l'énergie Communautaire du Lac-Saint-Jean a... ((Archives))

Agrandir

La Société de l'énergie Communautaire du Lac-Saint-Jean a proposé à la région le «Projet Val-Jalbert».

(Archives)

Partager

Sur le même thème

Michel Belley
Le Quotidien

(Chicoutimi) J'ai visité les chutes du Niagara! Ce lieu mythique évoquait il y a plusieurs années, bien avant que la mode soit aux noces dans le sud, la destination idéale pour le voyage de noces. Puis, pour ma génération, c'est devenu une destination ringarde, «quétaine». Pourtant, pour presque toutes les délégations étrangères que j'ai reçues au cours de mon mandat (à titre de recteur de l'UQAC), la visite des chutes était au programme, même pour les itinéraires les plus serrés. Cela m'a toujours un peu gêné d'avouer à mes visiteurs que je n'y étais jamais allé...

Nous avons donc décidé, mon épouse et moi, d'y jeter un coup d'oeil lors d'un passage dans cette région. Quelle splendeur! La beauté de ce lieu, la puissance qui s'y dégage nous émerveillent et nous rend humble par rapport à cette merveille de la nature. On était alors en début de saison touristique (au moment même où une trentaine d'étudiants sont venus devant ma résidence pour me souhaiter leurs voeux de bonne retraite) et déjà, des milliers de touristes étaient sur le site.  Chaque saison, plus de 12 millions de touristes fréquentent le site. Vous pouvez imaginer l'impact économique!

Mais les chutes cachent aussi un autre trésor. Les installations hydroélectriques qui y sont présentes, autant du côté américain que du côté canadien, ont une capacité de 4 719 mégawatts et produisent suffisamment de puissance pour alimenter plus de 2 millions de foyers. C'est simple, on produit l'énergie surtout au moment où il n'y a personne sur le site. On va même, durant la nuit, jusqu'à pomper en amont une partie de l'eau qui a été turbinée le jour, au moment où la demande d'énergie est la plus forte. C'est ce qu'on pourrait appeler «faire d'une pierre deux, même trois coups».

Réussir à préserver un attrait naturel, une attraction touristique mondiale et l'utiliser pour produire l'énergie de la manière la plus écologique que l'on connaisse actuellement est possible et éminemment souhaitable. La Société de l'énergie Communautaire du Lac-Saint-Jean a proposé à la région le «Projet Val-Jalbert». Les consultations réalisées ont convaincu une majorité d'individus et d'organismes du bien-fondé de ce projet. Un groupe d'opposants tentent maintenant d'y faire échec. Laisserons-nous encore passer une opportunité pour la région de s'approprier un outil de développement précieux? Priverons-nous le site de Val-Jalbert de moyens qui lui permettront d'investir dans l'amélioration du site pour les années à venir? Enfin, laisserons nous gagner ceux qui s'opposeraient même si le projet ne consommait pas d'eau et était souterrain? Je n'ose pas le croire et demeure convaincu que nos instances gouvernementales prendront en compte les avis majoritaires et nous permettront de nous doter collectivement de notre petit Niagara!

Michel Belley

Chicoutimi

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer