Un discours peu convaincant

Le récent discours inaugural de la première ministre du Québec a déçu la classe... (Archives Michel Tremblay)

Agrandir

Archives Michel Tremblay

Partager

Le Quotidien

Le récent discours inaugural de la première ministre du Québec a déçu la classe politique à Ottawa. Il faut être naïf pour penser un seul instant que Mme Pauline Marois allait entrer dans le rang fédéraliste et ne pas se priver de casser du sucre sur le dos du premier ministre Stephen Harper. Les fédéraux doivent retenir ceci: avec la chef souverainiste, nous entrons dans une guerre froide contre Ottawa qui va nous coûter du fric, qui va multiplier des débats futiles et fort probablement nous aliéner une bonne partie des provinces anglophones. Ottawa devrait savoir que Mme Marois est entourée de ministres agressifs qui sont déjà considérés comme des «loose canons». Je vous invite à surveiller de près les Jean-François Lisée, Martine Ouellet, Stéphane Bergeron et Daniel Breton.

N'en déplaise à certains, il n'y a rien dans le discours inaugural qui nous indique où s'en va le Québec en terme d'avenir et de changements profonds. Jusqu'à maintenant, le gouvernement a conservé un silence inquiétant sur les coûts de ses (principales) propositions. Bref, les sorties de Mme Marois occultent depuis son élection des problèmes majeurs qui nous guettent. Par exemple: l'effritement de l'économie, la pauvreté, la santé, la taxation etc. La pauvreté vient en tête de liste, car il y a plus de 300 000 citoyens qui sont obligés de «quêter» le minimum pour survivre. Il y en a un million au Canada. Pour bien paraître, nos politiciens se livrent à une guérilla contre la mafia, tout ça dans un seul but, redorer leur blason et espérer ainsi retrouver temporairement une certaine confiance de la population. La mafia est une pieuvre qui existe depuis fort longtemps et qui contrôle une quinzaine de secteurs fort lucratifs. Quand on croit l'avoir exterminée, elle revient en force sous d'autres formes. Le Québec est une terre de prédilection dans ce jeu gouvernemental qui nous promet de laver plus blanc que blanc.

Rénald Boily, Jonquière

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer