Nécessaire réglementation

Le Quotidien

Dernièrement, nous apprenions que le gouvernement fédéral retarderait encore une fois l'application de sa réglementation sur les produits de santé naturels. Chaque fois qu'il est question de ce dossier, des voix s'élèvent pour soutenir qu'une législation n'est pas nécessaire puisqu'elle ne ferait qu'entraver les petites entreprises du domaine et que l'industrie est capable de se réguler elle-même. En tant que futurs professionnels chimistes du secteur des produits naturels, nous devons souligner un fait important : une telle réglementation cherche d'abord et avant tout à protéger le public.

Protection

Rappelons que les produits de santé naturels peuvent avoir des effets importants positifs comme négatifs sur notre corps. Naturel ne signifie pas sans danger. Il est donc normal d'implanter, pour cette industrie, une surveillance de la fabrication du produit et de ses effets, au même titre que nous régulons le secteur alimentaire ou pharmaceutique traditionnel. Il est aussi important de considérer que beaucoup de ces produits peuvent créer des dépendances ou interférer avec des prescriptions médicales et que, jusqu'à maintenant, rien n'oblige les fabricants à placer des avertissements sur les emballages.

L'Europe, les États-Unis, la Chine, le Japon et l'Organisation mondiale de la santé possèdent tous des pharmacopées bien définies qui dictent ce que peuvent et ne peuvent pas faire les fabricants de produits naturels. Elles dictent les méthodes de préparation et de standardisation de ceux-ci de manière à en uniformiser la qualité et la sécurité. Le Canada quant à lui manque à l'appel et laisse à ce jour les fabricants entièrement libres.

Même si jusqu'à maintenant l'industrie s'est en général bien régulée, il ne faut pas attendre qu'un mouton noir crée un incident fâcheux pour réagir. Un bon contrôle de ces produits ne fera qu'en améliorer la sécurité et l'efficacité, en plus de permettre une meilleure diffusion de l'information sur leurs effets et par le fait même une augmentation de leur utilisation bien comprise.

En ce sens, nous ne pouvons qu'espérer que Santé Canada réussisse à implanter sa réglementation le plus tôt possible et cesse de reporter l'échéance.

Hubert Marceau

Association des étudiants en Science des produits naturels de l'UQAC

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer