Adieu, mon ami cycliste

Cycliste... (123rf)

Agrandir

Cycliste

123rf

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

CHRONIQUE / Quand j'apprends qu'un cycliste est mort happé par une voiture ça m'attriste. Quand c'est un bon gars avec qui t'as roulé pendant plusieurs années, ça t'arrache le coeur. C'est impossible ! Pas Serge-Philippe...

Cette fois-ci, la mort d'un cycliste touche une communauté d'amoureux de vélo de Saint-Félicien. Serge-Philipe est l'incarnation du passionné de vélo. C'est qui le premier crinqué à rouler le printemps quand il fait frette ? Serge-Philippe. Je l'ai même déjà aperçu sur sa route de prédilection, le rang St-Eusèbe, en novembre.

Quand j'ai su qu'un cycliste était mort à Saint-Prime jeudi, je cherchais à savoir qui. Pas réussi. Cette nuit-là, je me suis réveillé en sursaut avec l'amère certitude que c'était Serge-Philippe. Mes collègues journalistes l'ont confirmé le matin. «C'est rentré comme un clou, un couteau dans patate.» Des larmes, puis des tas de souvenirs ont ressurgi. Des "runs" avec mon frère Alain et Serge-Philippe alors que le vélo de route n'était pas autant populaire. Son sourire, son rire contagieux, sa détermination.

Ah, sa roue si fiable. On se sentait bien dans son sillage. Il fallait être vigilant, car quand il donnait un coup, il fallait s'accrocher. Et un peu comme Jan Ullrick, il tire un gros braquet; un gros diesel infatigable.

Les gens qui ont roulé avec lui ne gardent que de bons souvenirs. Il en a initié plusieurs. Il ne ménageait pas ses conseils pour montrer à des cyclistes à bien rouler en peloton.

C'est Serge-Philippe qui m'a appris à monter des boyaux.  Je ne comprenais pas à l'époque pourquoi il tenait tant à rouler sur des boyaux. Le confort et probablement en souvenir de ses années de course.  Comme l'a mentionné Guy Morin dans un message sur Facebook, il était un redoutable compétiteur. Il m'a accueilli dans son garage à quelques reprises pour me montrer patiemment la méthode pour bien installer un boyau sur une jante.

Serge-Philippe c'était surtout un homme sympathique. Un pince-sans-rire. Un bon vivant. Je vais m'ennuyer de ce timbre de voix rieur.

Il y avait un bout de temps que je n'avais pas roulé avec Serge-Philippe. Je l'ai croisé sur la piste cyclable cet été alors que je roulais avec un de mes fils. Je l'ai reconnu tout de suite à son style si particulier. Pourquoi tu n'es pas resté sur la piste cyclable Serge-Philippe ?

Parce que les cyclistes qui roulent vite aiment ça la grande route. D'où l'importance de pouvoir y rouler en sécurité. De plus en plus, je préfère les pistes cyclables, c'est en roulant cet été sur une chaussée désignée avec Hubert que j'ai pris conscience du vrai danger, je me voyais faire la première page du Quotidien pour les mauvaises raisons. Justement de crainte de me faire tuer par une voiture, je ne roule presque plus sur la route. On ne fait pas le poids.  Cellulaire au volant, gens pressés, d'autres plus téméraires. Oui, la route se partage, mais les motos comme les vélos sont vulnérables, il y a une prise de conscience pour tous. Aux États-Unis et en Europe, les conducteurs sont courtois et patients. J'en ai fait l'expérience. Au Québec, je ne comprends pas cette hargne que certains ont envers les cyclistes. Et pourtant la grande majorité nous respecte, surtout les camionneurs.

Cher conducteur, et j'en suis un, pensez que sur le bord des routes c'est plein de Serge-Philippe. Un ami, un mari, un père de famille, un grand-père, un collègue de travail. Nous sommes des milliers de Serge-Philippe à rouler avec passion.

Certains vont dire, au moins Serge-Philipe est mort en pratiquant sa passion. Non! Il lui restait encore 20 ans de vélo à faire. Et du temps avec son amoureuse Marguerite.

Vendredi, j'ai eu cette chanson dans la tête toute la journée.  «Putain c'est trop con. Ce putain de camion. Mais qu'est-ce qu'y foutait là? Putain de vie de merde. T'as roulé dans l'herbe... J'espère au moins que là-haut, t'as acheté un vélo».

Salut Serge-Philippe !  Mes sorties de vélo ne seront plus jamais les mêmes.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer