Cinquante nuances plutôt sombres

Jamie Dornan et Dakota Johnson, vedettes de Cinquante... (Charles Sykes, AP)

Agrandir

Jamie Dornan et Dakota Johnson, vedettes de Cinquante nuances de Grey

Charles Sykes, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Myriam Bouchard
Le Quotidien

CHRONIQUE / Et c'est reparti de plus belle! Encore plus choquant, plus éloquent, plus violent et surtout plus sombre, Christian Grey donnera de nouveau la leçon à Anastasia! Vous l'aurez compris, le film Cinquante nuances plus sombres est de retour en salle. De quoi en attirer plus d'un, pour ne pas dire une, en tirailler plusieurs et assurément, en répugner certains. Quoi qu'il en soit, cette vue que je décrirais entre l'hybride d'une comédie romantique boboche et l'esquisse maladroite d'une tendance érotico-sadomasochiste ne laisse personne indifférent!

À commencer par moi qui peux officiellement vanter les mérites de cette superproduction pour amener de l'eau à mon moulin de sexologue. 

« Myriam, est-ce que je passe à côté de quelque chose en n'étant pas sado-maso »?

« Myriam, est-ce normal de trouver cette pratique complètement folle»?

« Myriam, mon chum veut m'attacher, qu'est-ce que je fais si je ne veux pas »?

« Myriam, Myriam, Myriam, le fais-tu toi, ça là là »?

Bon, il est grand temps de démystifier « la chose » ne serait-ce qu'un tant soit peu. Ce film, celui-ci comme bien d'autres, autant que des romans, des articles de magazines, des sondages, des témoignages d'émissions de chaînes spécialisées ne sont à mes yeux que des prétextes! 

Oui, des occasions pour éventuellement se détendre, s'exiler, parfois même en apprendre un peu, mais encore plus se questionner! Je parle de cette fameuse auto-critique sexuelle qui en pousse un et un autre à remettre en perspective ses propres attitudes, désirs, fantasmes, pratiques sexuelles, et j'en passe. 

« Si c'est à la télé, à la radio ou dans le journal, c'est que c'est toujours ben normal ! », pense-t-on souvent à tort. 

Un couteau à double tranchant

Je vous dirai alors que rassurance il y a quand la conformité s'applique à vous, mais il en va tout autrement quand le contraire se présente. Questionnements, doutes, angoisses, malaises et parfois même anxiété face à un manque de « normalité potentielle » en frappent soudain quelques-uns, pour ne pas dire beaucoup! 

Exit bons jugements, certitudes, confiance en soi! C'est à croire que la popularité d'un courant, pour ce cas le sadomasochisme, déboussole la planète au grand complet. 

À un point tel qu'effectivement, j'ai vu de ces gens complètement désemparés face au fait de ne pas avoir envie de se faire fouetter ou encore de refuser d'électrocuter le pénis de leur chéri! Pire encore, j'en ai aussi vu se soumettre, sans indisposition, à certaines pratiques pour tout simplement être dans la « vibe » ou répondre à une possible pression extérieure.

Les cinquante nuances, sombres ou pas, ne sont pas un fait vécu, mais bien entendu le fruit de l'imagination d'une personne. Le saviez-vous que Christian Grey et Anastasia ne sont que des acteurs qui, une fois rentrés à la maison après seize heures d'ouvrage, font probablement l'amour le samedi soir en missionnaire comme vous et moi? Rien pour dicter le monde sexuellement parlant, ça! 

De grâce, avant de chambouler votre chambre à coucher pour une pratique hautement rarissime, prenez soin, préalablement, de vous assurer de le faire pour les bonnes raisons, soit l'envie réelle d'explorer un mouvement vous attirant. 

Autrement, le boss de votre vie sexuelle, ce n'est ni un sondage, un article psycho-pop, un documentaire quasi humoristique et encore moins un film! Le boss, c'est vous et vous seul!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer