Un homme d'affaires redoutable

Jean-Claude Larouche... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Jean-Claude Larouche

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Boivin
Le Quotidien

CHRONIQUE / J'ai publié deux romans aux Éditions JCL il y a une quinzaine d'années. Les deux fois, j'ai eu droit à une rencontre, un dîner, avec Jean-Claude Larouche, au Deauville à Chicoutimi, un restaurant où frayaient les gens d'affaires en vue.

Quelques jours avant la rencontre, j'avais reçu une lettre du directeur littéraire de JCL, Christian Beaulieu, pour m'expliquer qu'il avait recommandé mon manuscrit, mais que c'est l'éditeur, Jean-Claude Larouche, qui avait le dernier mot. Je devais contacter la secrétaire pour prendre rendez-vous avec M. Larouche.

Dans ma tête, ce dîner était une formalité. Non, la consécration. Ce serait l'occasion pour Jean-Claude Larouche d'exprimer de vive voix tout le bien qu'il pensait de mon roman. Non seulement je deviendrais célèbre, mais je pourrais quitter mon emploi et vivre de ma plume.

Vous me voyez venir... La rencontre ne s'est pas déroulée comme je l'avais imaginée.

Une fois au restaurant, j'ai rejoint M. Larouche à sa table. Il m'a accueilli poliment, le regard froid derrière ses lunettes austères. J'ai fait une blague pour détendre l'atmosphère, et il n'a même pas souri. Je commençais à douter de mon scénario: je m'étais préparé à jouer la carte de la modestie pendant que M. Larouche ferait l'éloge de mon talent et mon génie. Je n'étais vraiment pas préparé à ce qu'il allait me dire:

- Vous savez, pour un éditeur, il y a trois sortes de romans: ceux qui font des profits, ceux qui font leurs frais, et ceux qui me font perdre de l'argent. Le tien sera dans la 3e catégorie!

Je n'ai rien pu avaler de tout le repas. Je pense même que je suis resté la bouche ouverte durant une heure.

- Si je publie votre roman, M. Boivin, qu'est-ce que vous comptez faire pour le vendre?

- Euh... c'est pas vous, M. Larouche, qui devez faire des choses pour le vendre?

Il a eu un sourire à glacer le sang:

- Vous pensez sans doute que vos romans vont se vendre tout seul?

- À vrai dire, j'ai pas eu le temps d'y penser, mais...

- J'ai connu plusieurs auteurs qui jouaient au poète maudit. Qui se cachaient dans leur sous-sol, qui refusaient les entrevues, les tournées de promotion, les salons du livre. Et qui me téléphonait ensuite pour m'engueuler parce que personne n'achetait leur livre.

J'étais proprement effrayé. Et c'est précisément ce qu'il voulait. Il a répété sa question:

- Alors, qu'est-ce que vous comptez faire pour vendre votre roman?

J'ai promis de faire tout ce qu'il voudrait... En tout cas, je me souviens d'avoir pris une série d'engagements pour promouvoir mon roman, à commencer par l'achat de 200 exemplaires que je devais revendre moi-même (il m'en reste encore...)

Quand je suis reparti, une fois seul dans l'auto, j'ai réalisé qu'il n'avait fait aucun commentaire sur mon roman. Aucun. Et j'avais été trop orgueilleux pour lui demander. Il avait cité des chiffres, des statistiques, des trucs de vente - mais rien qui ressemblait de près ou de loin à de la littérature.

En fait, comme tous les jeunes auteurs, j'avais une idée romantique du rôle de l'éditeur. Contrairement à ce que j'imaginais, ce n'est pas l'éditeur, mais plutôt le directeur littéraire qui joue le rôle du bon papa, du motivateur, de l'entraîneur, du soutien moral...

Jean-Claude Larouche, lui, est un homme d'affaires. Et un bon. D'une redoutable efficacité. D'ailleurs, il n'aurait pas survécu durant 40 ans dans le milieu de l'édition s'il n'avait pas un sens inné des affaires.

Et moi je n'aurais jamais été publié sans JCL. Les autres éditeurs avaient refusé mon premier manuscrit. Et finalement M. Larouche a eu du flair. Mes deux romans se sont bien vendus. Je pense même qu'ils ont permis à M. Larouche de faire des profits. La première catégorie...

Au fait, je ne sais toujours pas ce qu'il pense de mes romans

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer