Je ne suis pas cette Myriam

CHRONIQUE / Cette fois où je me suis crue physiquement «parfaite» ... Il n'y a... (123RF)

Agrandir

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Myriam Bouchard
Le Quotidien

CHRONIQUE / Cette fois où je me suis crue physiquement «parfaite» ... Il n'y a pas si longtemps, j'avais 33 ans. L'âge où les femmes sont possiblement les plus belles, du moins paraîtrait-il.

Mes cheveux étaient brillants et exempts de tous leurs fils blanchâtres que couvrent, négligemment, les 2 à 3 premiers centimètres de leur implantation. Exit pores dilatés, boutons exprimant les vertus de mon cycle et taches de rouille à la Fifi Brindacier, mon visage était digne d'une poupée de porcelaine. Mes iris avaient troqué cette couleur grisaille pour faire place à un bleu poudre quasi éblouissant. Et, que dire de mon corps; mes mentons ne faisaient qu'un, mes seins donnaient forcément en rondeur en plus d'être alignés où ils se doivent et ma forme poire, comme le dirait M. Airoldi, laissait place à l'élancement. Je vous parle bien sûr de cette fois où l'on m'a «photoshopée» !

Prise au jeu, je me suis ironiquement demandé qui était cette fille que je prendrais volontiers comme modèle si j'étais dupe. Jusqu'à ce que je comprenne que cette photo était une version améliorée de moi-même, moi, Myriam, qui nécessitait quelques ajustements de lunettes pour se reconnaître.

Plus vraie que nature!

Une folle! Au premier visionnement, je ne mentirai pas en vous affirmant que je me suis trouvée sacrément belle! Une sexologue-infirmière de revue, rien de moins. Ceci dit, après cette fameuse convoitise d'une image que je ne serai officiellement jamais dans la vraie de vraie vie, puisque je suis une vraie de vraie femme, c'est la colère qui a pris le dessus! Celle d'avoir rêvé, le temps d'un instant, à l'impossible et en plus, d'avoir aimé cette Myriam-semble-t-il-bonifiée qui n'était, en fait, que le fruit d'un logiciel infernal!

Mais en quoi ma face et mon corps de tous les jours sont-ils moins beaux, esthétiquement parlant, que ce fameux cliché retouché? Facile! C'est que grâce à la science du Photoshop, il est possible de faire de mon apparence, comme de celles de bien d'autres, une image digne des standards de beauté aujourd'hui exigés. Au diable la diversité corporelle, cette technologie m'a moulée; a fait de moi ce dont je devais ressembler dans un souci de conformité avec ce qu'une supposée belle femme se doit de ressembler, et ce, même si je me reconnaissais à peine moi-même. Vendre du rêve, en voilà une stratégie marketing idéale faisant en sorte que les femmes, aussi intelligentes soient-elles, fantasment sur une image totalement irréelle, déraisonnable, pour ne pas dire farfelue. Pas surprenant de voir que plus d'une se détestent, refusent les miroirs, pratiquent l'évitement de toutes sortes, se complexent, se privent de plaisir, troquent les repas pour des barres à 25$, et j'en passe...

Le hic, c'est que je refuse.

N'ayant rien de la sagesse de l'image, je vous avertis aujourd'hui même, je refuse qu'on fasse de moi un outil visant la propagande de standards de beauté figés dans un seul modèle unique. Puisque j'ai compris que mon corps était mon allié plutôt que mon ennemi, c'est en équipe avec ce dernier que j'affronte la vie. Ma repousse de cheveux blancs m'aide à apprécier ces doux moments chez la coiffeuse que je ne me paie qu'occasionnellement, mes points de rousseur me ramènent à ces belles journées passées sous le soleil, mes seins, quelles que soient leur forme et leur allure, sont le meilleur oreiller qui soit pour mes enfants que je berce tendrement, et ma forme poire me rappelle à quel point ce fruit est merveilleux!

S'accepter comme on est: en voilà tout un défi! Vous dire que j'y suis complètement serait certainement vous mentir. Bien sûr que j'ai des lacunes, des petits complexes, des idéaux irréalistes occasionnels, ceci dit, de choisir de m'aimer me rend certainement plus belle, mais encore plus confiante, du moins assez pour refuser cette Myriam biaisée que me suggère Photoshop.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer