Une mission différente

Le Club de golf Port-Alfred... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Le Club de golf Port-Alfred

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Quotidien

POINT DE VUE / Dans sa chronique du 13 septembre 2016, Phil Desgagné revient sur les maux qui affligent les clubs de golf Chicoutimi et Saguenay de Jonquière. Il demande à la Ville de Saguenay d'aider financièrement ces deux organisations en rappelant qu'elle le fait pour le Club Port-Alfred, une entité dont elle est propriétaire.

« Au Saguenay, le sujet qui revient le plus souvent dans les conversations est l'aide qu'apporte la Ville au Club de golf Port-Alfred. Beaucoup de frais fixes sont donc à la charge de Saguenay. Ce n'est pas le cas pour les clubs Saguenay et Chicoutimi », écrit-il.

Nous comprenons que M. Desgagné exprime une opinion personnelle à titre de chroniqueur. Mais ici, l'intérêt des lecteurs sera mieux servi par l'analyse des faits que par un argument récurent qui sous-entend que si ça va mal pour le sport du golf au Saguenay, c'est parce que la Ville est propriétaire du terrain baieriverain.

Le Club Port-Alfred occupe les locaux de la municipalité et est exempté de certaines dépenses reliées au bâtiment principal seulement (durant la saison hivernale, le curling occupe les locaux, mais c'est une gestion indépendante du golf). Les autres frais concernant l'entretien du terrain, la machinerie, le personnel, etc. sont assumés par nos membres.

Au sujet du bâtiment principal, il n'est certainement pas au goût du jour. Si on compare avec ceux de Chicoutimi et de Jonquière, un membre du Club Port-Alfred « se sentirait comme dans un palace » dans de telles bâtisses (cuisines modernes, salles de douche, vestiaires, terrasses, présence d'un professionnel de golf).

Mais notre mission est différente. C'est un organisme sans but lucratif (OSBL) qui gère le club et nos charges sont sans commune mesure. Souvent nos détracteurs se plaignent du coût plutôt bas de la carte de membre à Port-Alfred (il est en moyenne de 1300 $ cette saison en plus des charges pour le remisage et le lavage des bâtons ainsi que le remisage des voiturettes à main).

Nous opérons avec neuf (9) travailleurs syndiqués sur le terrain sous la supervision de notre surintendant Éric Tremblay. Le bar et la restauration fonctionnent avec deux employées à plein temps et une à temps partiel. Deux employés travaillent au pavillon d'accueil. L'ensemble est supervisé par notre directrice Martine Desgagné. Si on fait le compte, ce nombre est inférieur à celui des autres clubs du Saguenay.

Il faut aussi garder à l'esprit que la morphologie du terrain baieriverain (plutôt vallonné) force plusieurs membres à utiliser une voiturette électrique (cart), ce qui entraîne une dépense supplémentaire d'environ 600 $ annuellement.

Après la construction d'un deuxième neuf trous en 1993, la dette du Club Port-Alfred atteignait 450 000 $. Aujourd'hui, elle frôle 100 000 $ et nous devrons consacrer des sommes importantes pour l'acquisition de machinerie en 2017.

Le Club Port-Alfred tire son épingle du jeu grâce à une gestion serrée des dépenses et un taux d'endettement très bas. Notre personnel fait de gros efforts année après année pour offrir une qualité de terrain exceptionnelle ainsi qu'un service à la clientèle remarquable. Nous leur devons une fière chandelle, car leur sentiment d'appartenance dépasse grandement nos attentes et nous les félicitons. Et que dire des bénévoles... sauf leur dire merci pour ce qu'ils accomplissent chaque saison.

Nous respectons notre mandat d'organisme communautaire qui est de rendre accessible la pratique du golf au plus grand nombre, peu importe leur budget.

Selon nous, le plus sérieux problème de l'industrie du golf réside dans l'incertitude économique qui pèse sur notre région et sur le Haut-Saguenay en particulier.

Le chroniqueur conclut en soulignant l'importance des retombées générées par les clubs de golf au chapitre de l'emploi. Avec un budget de 900 000 $, cela justifie amplement la raison d'être du Club Port-Alfred qui fait partie du patrimoine sportif saguenéen depuis 80 ans.

Le conseil d'administration du

Club de golf Port-Alfred

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer