Instructifs, ces Pokémon

Un mordu du jeu Pokemon Go s'amuse sur... (AP, Richard Vogel)

Agrandir

Un mordu du jeu Pokemon Go s'amuse sur son téléphone.

AP, Richard Vogel

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Catherine Doré
Le Quotidien

CHRONIQUE / Avertissement: les lignes qui suivent ne révolutionneront pas le monde. Aucun remède pour le cancer n'y sera décrit ni aucun moyen de régler le déficit du Québec. Maintenant que les choses sont claires, on peut y aller?

Pokémon Go est arrivé sur les téléphones intelligents comme un raz-de-marée. Des milliers de Canadiens ont fait fi des avertissements et ont téléchargé une version plus ou moins fiable de l'application sur Android ou sur IOS (iPhone), bien avant dimanche, jour où l'application a été officiellement lancée au Canada.

Et vous savez quoi? C'est l'fun. Du gros fun noir gratis, à part quelques données personnelles collectées, comme toujours.

La première fois que j'ai ouvert le jeu, j'ai décidé de le tester en allant chercher mon courrier. Comme je suis au plus loin de ma boîte postale, je me suis dit que je trouverais un ou deux Pokémon en chemin. Verdict: je n'ai trouvé qu'un compte de taxes scolaires et un permis de conduire à renouveler. Pas moyen de retourner en enfance cinq minutes!

La deuxième fois aura été plus fructueuse. Je suis rentrée au travail avec les yeux pleins d'étoiles, satisfaite de ma chasse au centre-ville de Chicoutimi. Mes collègues étaient beaucoup moins emballés que moi...

Évidemment, on trouve plus de détracteurs du jeu que de Rattata au pied carré, ce qui est tout dire. «Trouve-toi une vie», semble d'ailleurs la réplique préférée des «anti-Pokémon» jusqu'à présent.

Pourtant, le jeu a des avantages inattendus: il permet de découvrir des oeuvres d'art, d'échanger avec d'autres mordus et surtout, de marcher.

Et on marche en masse avec Pokémon Go! Le jeu est simple: on se promène dans la ville à la recherche de créatures. Celles-ci apparaissent de façon plus ou moins aléatoire (les Pokémon eau se tiennent près des rivières par exemple). Pour les capturer tous, il faut nécessairement faire des arrêts dans des Poké Stop, lesquels sont identifiés sur la carte. Ils sont majoritairement situés devant un édifice public, un bâtiment patrimonial ou une oeuvre d'art. Les arènes (gyms), où les joueurs peuvent s'affronter entre eux, suivent le même principe. Les Pokéstop génèrent aussi des oeufs qui vont éclore après que le joueur ait marché une distance de 2, 5 ou 10 km, selon l'oeuf. Pas question de tricher en voiture: l'application calcule la vitesse de déplacement et cesse de compter si l'on dépasse les 15 km/h. Marcher est donc l'unique option.

C'est Pierre Lavoie qui serait content!

Expérience

En deux jours de jeu, je compte déjà plus de 6 km de marche, quelques discussions avec d'autres chasseurs de Pokémon sur le vif et des dizaines de lieux historiques visités (il y a des sculptures dont j'ignorais même l'existence).

Il a d'ailleurs fallu que je me raisonne, car en finissant de travailler, vers minuit, l'envie m'a pris d'aller capturer un petit monstre qui manquait à ma collection. Mais j'ai plus peur des mouffettes que j'ai envie d'attraper un Jigglypuff. Soyez rassurés, je l'ai finalement retrouvé le lendemain matin.

Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, une page Facebook («Pokemon Go Saglac») a déjà été créée, laquelle comptait plus de 800 membres au moment d'écrire ces lignes. Les gens s'entraident, se donnent des trucs ou les meilleurs endroits pour capturer tel ou tel Pokémon. Les adeptes de la région créent même des événements et se rassemblent pour «chasser» en groupe. Faut le faire!

Les Pokéstop se trouvent dans chaque ville: cela peut être la bibliothèque de Dolbeau-Mistassini, l'église Sainte-Anne de Chicoutimi-Nord, la Maison du bleuet de Saint-Félicien... Il y a des centaines de lieux à voir dans la région.

Pour ajouter un brin de rivalité, une fois au niveau 5, le jeu propose de rejoindre une équipe. Pour des raisons d'objectivité, je ne dévoilerai pas quelle faction j'ai choisie, mais sachez que l'on retrouve la sagesse des Bleus (tous des vantards!), l'intuition des jaunes (le moins populaire jusqu'à présent) et la bravoure des magnifiques et incroyables rouges...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer