«Je ne veux pas savoir la fin»

CHRONIQUE / Nous sommes réduits au silence en matière de séries télévisées. La... (123rf)

Agrandir

123rf

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Roger Blackburn
Le Quotidien

CHRONIQUE / Nous sommes réduits au silence en matière de séries télévisées. La saison vient de se terminer avant qu'on arrive dans la saison des reprises, et nous n'avons pas eu l'occasion d'en parler avec des collègues ou amis autour de la machine à café.

Les gens n'écoutent plus en direct. Ils enregistrent les émissions et les téléséries et les visionnent quand ils ont le temps en poussant en avance rapide les publicités.

Ça fait que le lendemain d'un épisode de télésérie on ne peut même plus en parler, la moitié des gens ne l'ont pas regardée. Avant ça faisait partie du plaisir; la pause café commençait et là on se disait «As-tu écouté Les pays d'en haut hier? '' et la discussion s'engageait, les gens décrivaient les gestes de leurs personnages préférés, parlaient des intrigues, de ce qui va arriver, du nouveau personnage qui vient d'apparaître, ça alimentait les discussions et les réflexions.

Lors de ces partages, ça permettait aux gens de faire des liens avec la réalité, de donner des exemples et de faire des comparaisons et de surfer un peu sur le sujet. De nos jours ce partage d'information ne peut plus se faire, les gens ne suivent plus les grilles horaires et quand tu veux parler de l'épisode de la veille d'une télésérie, la première chose que tu entends c'est «Chuuuuttt, je ne lai pas écouté je ne veux pas savoir ce qui se passe.»

C'est assez éteignoir comme commentaire. Ce qui était auparavant un partage culturel crèche maintenant à l'enseigne de l'omerta, on ne peut plus en parler pour ne pas vendre le punch.

Le seul rendez-vous télévisuel qui existe, outre les événements sportifs, c'est l'émission Tout le monde en parle à Radio-Canada. Sinon, on parle vaguement de ce qu'on regarde à la télé.

Un bel exemple la saison dernière est l'émission Série noire alors que les abonnées de l'Extra, section payante de Tou.tv pouvaient visionner en rafale les 10 épisodes de la deuxième saison. Ce n'était plus possible d'interagir avec les collègues autour de la machine à café, car nous n'étions pas au même diapason dans les visionnements. L'interaction se fait de plus en plus en ligne, alors que les gens partagent leur impression sur des sites Internet qui regroupent des gens aux mêmes intérêts.

D'ailleurs, on regarde de moins en moins la télé. Les jeunes sont davantage branchés sur leur ordinateur ou sur leur téléphone mobile. Les créateurs de téléséries constatent le phénomène, les rendez-vous hebdomadaires n'ont plus la cote, les gens ne veulent plus être à la merci d'un horaire télé et décident eux-mêmes du moment du visionnement et surtout pour «skipper» les publicités.

Même s'il se vend de plus en plus de grands écrans de télévision, les jeunes préfèrent leur téléphone pour regarder des productions de télévision en fonction du moment et de l'endroit où ils se trouvent. C'est d'ailleurs un questionnement pour les cinéastes québécois qui réalisent des oeuvres faites pour être visionnées sur des écrans de 65 pieds (20m) alors que les consommateurs trouvent leur compte avec leur téléphone et une paire d'écouteurs. Les mégaproductions américaines trouvent encore leur clientèle en salle, mais le deuxième écran (ordinateur portable, tablette, téléphone mobile ou autre appareil) apparaît de plus en plus comme l'outil de consommation visuelle (lecture ou films) qui va dominer les marchés.L'interactivité occupera aussi une place de plus en plus importante. Les jeunes ne veulent plus être passifs devant une production visuelle. Ceux qui ont grandi dans l'ère des jeux vidéo veulent vivre des expériences audiovisuelles actives dans lesquelles ils veulent participer et interagir avec la communauté virtuelle.

Il ne reste donc que les grands rendez-vous sportifs et les événements en direct qui nous permettent d'échanger à la machine à café. On pourra toujours parler de nos lectures...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer