«Nous autres, on existe !»

Philippe Couillard... (Archives La Presse)

Agrandir

Philippe Couillard

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / «Battre Philippe Couillard n'est pas un projet de société!»

Françoise David était en entrevue éditoriale dans nos bureaux, vendredi, la veille de la publication, dans Le Devoir, d'un appel à la convergence des souverainiste par Pierre Karl Péladeau et Véronique Hivon. Avant même de lire cette lettre, elle voyait davantage d'obstacles que de possibilités dans l'invitation du PQ.

«Les greffes, ça marche quand les gens partagent les mêmes valeurs, les mêmes orientations», selon elle. Or «l'union sacrée de tout ce qui n'est pas Philippe Couillard, ce n'est pas aussi simple que ça. Le PQ a un chef qui porte en lui même un certain nombre de contradictions, et ça ne rend certainement pas les choses faciles. D'autre part, Québec solidaire veut se développer, rester dans le paysage politique, faire élire davantage de députés».

C'est le congrès des membres de QS qui décidera de l'approche stratégique du parti en vue des prochaines élections. Or, selon Mme David, la discussion sur la convergence des souverainistes devrait aller beaucoup plus loin que le processus d'accession à l'indépendance. «Si nos membres nous disaient d'aller plus loin, il est clair qu'on ne peut pas avoir un dialogue uniquement sur un processus, une mécanique d'accession à l'indépendance. Il faudrait qu'on ait un dialogue sur des orientations de fond. Le pétrole, on en dit quoi? Pas d'atermoiement, pas d'ambiguïté: c'est oui? C'est non? C'est quoi? C'est pas très clair du coté du PQ. La justice fiscale, oui ou non? Est-on prêt à demander une contribution additionnelle aux contribuables avec les revenus les plus élevés et aux grandes entreprises? Le vivre ensemble, la charte des valeurs, on n'était pas au diapason. C'est un gros problème ça pour Québec solidaire».

S'il y avait entente sur les questions de fond, peut-on envisager que Québec solidaire et le PQ ne présentent pas de candidat dans certaines circonscriptions pour permettre le ralliement des souverainistes derrière l'un ou l'autre parti? Mme David reconnaît que la question se poserait, mais elle rappelle que les membres ont déjà rejeté une telle possibilité.

La personne même de Pierre Karl Péladeau fait problème. «Objectivement, c'est un monsieur qui a eu des pratiques antisyndicales notables, explique Françoise David. En janvier, on a appris que des succursales d'entreprises qu'il avait achetées avaient des filiales dans des paradis fiscaux. Il dit qu'il en ignore tout...j'ai beaucoup de difficultés à le croire. Et puis il y a toute la question de ses intérêts dans Québecor qui lui pendent au bout du nez. On ne peut pas être premier ministre et être actionnaire principal de la plus grande entreprise de presse au Québec. Dans mon livre à moi ce n'est pas possible. Donc oui, il y a un problème».

Plus fondamentalement, elle ne voit pas ce que QS gagneraient en se collant au PQ. «Nous autres on existe, et je pense qu'on a raison d'exister. J'en suis très fière, parce que je pense que dans l'imaginaire québécois d'aujourd'hui, on est présents. C'est fini, c'est réglé, tout le monde nous connaît, tout le monde sait où on loge.»

On voit mal, dans ces propos, comment les membres de Québec solidaires pourraient accepter l'invitation du chef du PQ. On a beau s'entendre sur la souveraineté et sur des «points de convergence», l'ambition du Parti québécois de reprendre le pouvoir ne lui permettra jamais d'aller aussi loin que le voudraient Amir Khadir ou Françoise David sur les enjeux concrets. Un compromis serait plausible si Québec solidaire était en déclin, mais ce n'est pas le cas.

Il ne le dira jamais, mais PKP doit souhaiter que Françoise David et Amir Khadir ne soient pas candidats aux prochaines élections. Parce que sans eux, ce serait tellement plus simple...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer