Coup marketing

Richard Martel est confirmé comme entraîneur-chef des Marquis... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

Richard Martel est confirmé comme entraîneur-chef des Marquis de Jonquière. Il sera derrière le banc dès vendredi.

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le débat
Le Quotidien

Le cinquième affrontement de la série entre les Marquis de Jonquière et les Éperviers de Sorel-Tracy a lieu ce soir au Palais des Sports. Ce duel a une signification particulière alors que Richard Martel effectue un retour derrière le banc. L'analyste sportif de Radio X, Mark Dickey, et l'avocat Charles Cantin, un fervent amateur des Marquis, se prononcent sur la décision d'embaucher « le roi » Richard.

Charles Cantin - Quelqu'un a déjà dit « entre la folie et le génie, la frontière est mince ».

C'est une formule qui me vient à l'esprit quand j'analyse la décision du patron des Marquis, Marc Boivin, de congédier deux instructeurs, les frères Francis et Jocelyn Breault, en plein milieu d'une série éliminatoire.

Marc Boivin savait-il qu'il allait, par ce geste « assassin », procéder à la plus grande opération de marketing de l'histoire des Marquis et de la Ligue nord-américaine de hockey?

À mon humble avis, aucun hasard. Le propriétaire savait manifestement ce qu'il faisait. Il est pertinent de mentionner qu'au dernier match entre Sorel-Tracy et les Marquis, Richard Martel était au Colisée Cardin. Additionné à un revers (avec ce que l'on sait maintenant), il n'y avait qu'un pas pour asseoir le « roi Richard » sur son trône de dirigeant.

La question ultime, le cas échéant, serait plutôt : depuis combien de temps le flirt et les soupirs faisaient l'objet d'échanges entre les deux hommes? Certainement depuis quelques nuitées. Coach un jour, coach toujours. Agent libre depuis Grenoble en mars 2015, Richard Martel a encore la vocation. D'ailleurs, le 16 novembre 2015, le récipiendaire du trophée Ron Lapointe déclarait : « Dans ce métier, on ne peut fermer aucune porte. Il faut se sentir désiré. »

Eh bien, vos désirs sont des ordres, M. Martel. L'opération séduction est maintenant terminée. L'instructeur fera ses débuts au Palais des Sports de Jonquière ce soir. Quelque 3200 amateurs vous espèrent et vous attendent.

Il est reconnu qu'un changement d'entraîneur peut susciter un effet de stimulation supplémentaire. C'est là le but recherché du coup d'éclat de Marc Boivin. Certainement bien appuyé par Éric Claveau, éminence grise et copropriétaire associé.

Trois raisons pour adopter le « roi Richard » :

Un local - Richard Martel est Chicoutimien pure laine. Né et élevé à Chicoutimi, le coach a fait son hockey dans notre région comme gardien de but. Il a joué contre son ami Marc Boivin. Le fait qu'il soit de Chicoutimi est un atout afin d'attirer plus de gens de l'arrondissement voisin.

Un émotif - Voila un ingrédient cher au hockey. Peu de gens vous interdiront de monter sur le banc, même sur la bande. Le langage et le style amènent déjà certains dividendes pour la vente de billets.

Un homme de hockey - Depuis 1983, le nouveau mentor des Marquis a cheminé à travers St-Hyacinthe (Laser), Val-d'Or (Foreurs), Baie-Comeau (Drakkar) et Les Saguenéens de Chicoutimi. Ses dernières tribulations comme entraîneur lui ont permis d'acquérir de l'expérience en Europe (Suède et France). Il détient le plus grand nombre de victoires comme instructeur de la LHJMQ. Il a dirigé de grands joueurs. Jean-Pierre Dumont, Roberto Luongo, Antoine Roussel et David Desharnais font partie de la liste. Ses contacts et ses connaissances seront, le cas échéant, un atout pour les Marquis. Pouvons-nous rêver de voir un jour David Desharnais au Palais des Sports?

Gardez en mémoire que le nouveau dirigeant des Marquis a de bons atomes avec un co-instructeur potentiel, Marc Gagné. Bien appuyé par Steeve Larouche et le D.G. Marc Boivin, le quatuor est totalement local, totalement versatile.

L'apparition de Richard Martel mérite cependant une mise en garde. Le nouveau mentor fera face à un monde d'hommes qui ont, pour la plupart, l'expérience du hockey professionnel. La rébellion et l'insubordination sont envisageables. L'exubérance et le style de Martel devront lui servir à garder son vestiaire éveillé et à l'écoute. Pour le reste, souhaitons bonne chance à celui qui est à l'origine de cette contagion subite envers le hockey sénior. Avis aux gens de l'extérieur, vous adorerez Jonquière et n'oublierez jamais votre passage au Palais des Sports. Coeurs sensibles s'abstenir!

Maintenant, tout est question de budget et d'engouement. Les fiançailles auront lieu vendredi et l'allure de celles-ci devrait nous indiquer à quel genre de mariage nous pourrions assister. Allons-nous profiter de cette lune de miel pour peaufiner le contrat? L'histoire nous a démontré qu'en situation conjugale, les ententes se concluent uniquement quand tout va bien.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer