Enjeux pour la petite enfance

Monsieur le premier ministre, monsieur le ministre de la Famille,Une pétition... (Sarah Mongeau-Birkett, Archives La Presse)

Agrandir

Sarah Mongeau-Birkett, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carrefour du lecteur
Le Quotidien

Monsieur le premier ministre, monsieur le ministre de la Famille,
Une pétition signée par 52 214 pétitionnaires a été déposée le 3 décembre 2014 vous demandant de préserver la politique familiale actuelle et vous demandant de permettre la pérennité de ces programmes, dont celui des centres de la petite enfance.

Qu'avez-vous fait depuis? Que faites-vous? Quels sont vos objectifs? Quelle est votre vision du Québec de demain? Vous n'avez pas compris? Vous n'étiez pas heureux d'avoir un baby-boom?

Les jeunes bambins qui fréquentent les CPE de la province seront les employeurs et les employés de demain. Que leur permettrez-vous d'apprendre dans quelques mois avec les coupes de 120 millions que vous nous annoncez pour 2016-2017? Quelles stabilités et opportunités leur donnerez-vous dans quelques semaines avec votre projet?

Votre modèle est peut-être le même modèle que celui que vous avez appliqué en éducation, soit celui du nivellement vers le bas? Le programme scolaire proposé, l'état du parc immobilier, l'état de vos bibliothèques. Il manque des dictionnaires, des chaises. Vous avez même coupé dans le soutien aux enfants à besoins particuliers. Vos transformations sont catastrophiques. Si c'est l'option que vous avez choisie pour les CPE, vous faites erreur et c'est triste à voir...

Vous nivelez vers le bas depuis trop longtemps. Pour les corporations telles que la nôtre, vos changements proposés sont irresponsables et sans précédent. Les répercussions sur nos touts petits seront grandes.

Que faites-vous des chances égales face à la vulnérabilité? Avez-vous réfléchi avant de faire sortir les 4 ans dans les grandes écoles? Vous qui avez toujours eu de bons revenus, pas de problèmes pour faire des lunchs et payer les journées pédagogiques. Mais pour une famille avec peu ou pas de revenus, l'option faire des lunchs une année en avance n'était sûrement pas planifié. Voir des petits de 4 ans avec des grands de 12 ans dans la cour d'école, vous n'y avez pas pensé non plus?

Vous avez augmenté les frais aux parents. Parfait! Qu'allez-vous faire avec ces 169 millions? Maintenir le réseau et nous permettre d'offrir de la qualité aux enfants ou bien en faire profiter ceux avec qui vous êtes toujours plus généreux?

Si au moins vos idées étaient claires et précises. Et que dire de vos 120 millions de coupes prévues pour l'année financière à venir? Trop c'est trop! Vous faites une guerre idéologique contre le fleuron québécois des CPE. Le trésor de l'économie sociale, vous le mettez au bûcher comme à l'époque des sorcières.

Nous avons déjà contribué à des resserrements budgétaires. Depuis 2008, nos subventions sont non indexées en fonction des coûts du système. Vous avez récupéré des surplus, vous nous avez placées dans une situation précaire en imposant une rationalisation de nos subventions de 2,95 % cette année. Que devrais-je couper encore? Cette fois, en plus de toucher aux travailleuses, votre proposition budgétaire brimera les enfants dans leur continuum de développement. C'est insensé!

Je suis austère, aigrie, en colère, déçue. Je ne comprends pas votre mépris et le maintien de votre position. Notre réseau a fait ses preuves, il est viable, choisi et reconnu à travers le monde. Cessez le carnage, réinvestissez dans la jeunesse. Laissez tomber les coupes annoncées.

Laissez ces gens formés (obligation du ministère il y a de cela une quinzaine d'années) travailler de concert avec les familles et aider les enfants à bien grandir dans des environnements stimulants, de qualité éducative et sécuritaire. Je choisis les CPE subventionnés pour les services et la qualité proposés. Oubliez le tiers performant. Les parents qui fréquentent notre milieu ont confiance en notre équipe professionnelle. Ils leur permettent d'aller travailler l'esprit tranquille. Ils savent leurs enfants entre bonnes mains.

J'ai confiance en ce réseau, j'ai confiance en mon conseil d'administration géré par des parents utilisateurs. Les gestionnaires sont des professionnels débrouillards et créatifs qui permettent aux enfants du Québec de vivre dans des environnements vivifiants et de qualité. Une place de choix, un partenaire de la famille. Cessez l'improvisation, et financez le réseau à la hauteur des besoins des enfants du Québec. Je demande de la qualité pour nos touts petits.

Avec le remaniement ministériel, avec l'assurance de votre discours que le Québec a atteint l'équilibre budgétaire, j'espère un réinvestissement dans le secteur de la petite enfance. Tant de familles vous le demandent depuis 2014.

Suzanne Julien, CPE Plein Soleil

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer