Des baisers de toutes les sortes

SEXOLOGIE / Parce qu'il y a le baveux, le romantique, le petit sec, le... (Photo 123RF)

Agrandir

Photo 123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Myriam Bouchard
Le Quotidien

SEXOLOGIE / Parce qu'il y a le baveux, le romantique, le petit sec, le ramoneur, le tout doux dans le cou, lui imitant la langue de toutou et finalement celui sous le gui (vous comprendrez que les festivités entourant cette période de l'année m'obligeaient à vous nommer ce dernier), investiguons à savoir si le baiser représente une nécessité au sein du couple?

Le magazine français Le Figaro n'y va pas de main morte lorsque vient le temps d'analyser la place de ce dernier dans une union. Effectivement, c'est en le qualifiant de baromètre qu'il résume ma propre perception à l'égard du bizou. Ainsi, qu'il implique une lèvre ou les deux, la langue, le nez pour les frileux ou encore n'importe quelles parties du corps, je vous certifie que OUI, le bec est indispensable aux amoureux pour ne pas dire essentiel!

S'il ne consiste pas, pour tous, en une marque d'amour absolue, il est incontestable de dire qu'il réfère certainement à un transfert d'affection... lorsqu'il est fait avec un minimum de ressenti. Que ce soit de se donner un petit bec en rentrant du bureau, se bécoter devant la télé ou de s'astiquer le fond de la gorge les soirs les plus fous illustrent certainement le fait que les rouages de l'embrassade varient selon les circonstances de la vie, de la disposition et de la disponibilité de chacun, des goûts et des désirs des partenaires, et j'en passe. Entre vous et moi, on n'embrasse pas de la même façon en pleine heure du souper le mercredi soir quand les enfants se crient des bêtises que la fois où il faut cueillir chéri à l'aéroport après trois semaines de travail à l'extérieur. De ce fait, vous comprendrez que puisque l'occasion fait le larron, j'ajouterai à chaque bécot son contexte!

Le baiser, une foule de vertus!

D'abord, embrasser c'est une chose et se faire embrasser en est une autre! De recevoir cette marque d'attention favorise officiellement l'épanouissement de l'estime personnelle. Que quelqu'un se donne la peine d'offrir une pareille marque d'intimité n'est pas rien! Au diable les microbes, la transmission de fluide, les inquiétudes à l'égard de l'hygiène buccale, l'autre est prêt à avoir accès à cette zone érogène qu'est la bouche! Avec un pareil cadeau, il y a de quoi se prendre au sérieux, n'est-ce pas?

Bien sûr, une telle générosité ne peut faire autrement, lorsque l'engouement se fait plus présent, que d'activer une ouverture possible vers une sexualité proprement dite, transformant pour l'instant d'un moment, les amoureux en amants. Ça commence par un petit bec et ça finit dans la couchette, comme me le disait l'autre.

Pas encore convaincu de la nécessité de titiller la babine de votre lapine? J'ajouterai alors qu'autant chez le donneur que le receveur, le baiser aurait un impact positif sur le contrôle du stress, apaiserait les tensions et stimulerait l'aspect sensoriel en maximisant le sens du goût, de l'odorat et du toucher. Plusieurs recherches poussent même à spécifier que les gens ayant été embrassés enfant ou encore à l'âge adulte se verraient plus heureux, plus calmes et en meilleure santé mentale.

Puisqu'il est temps pour moi d'aller «frencher», je vous laisserai sur cette phrase de Victor Hugo disant qu'en ménage, mieux vaut s'embrasser que de se mordre! Tout y est! À chacun d'entre vous, précieux lecteurs, un joyeux Noël et un bizou sur chaque joue! XX

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer