Cap sur l'économie

Denis Lemieux... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Denis Lemieux

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Bertrand Tremblay
Le Quotidien

Le leadership économique est déficient au Saguenay--Lac-Saint-Jean. Après en avoir fait la constatation au Cercle de presse, mercredi dernier, le nouveau député libéral de Chicoutimi-Le Fjord, Denis Lemieux, a indiqué clairement sa volonté d'y remédier.

Industriel à la retraite, il sait fort bien que le discours ne suffit pas. Pour obtenir des résultats concrets, il faut bien étudier la situation, procéder à la planification avant de passer à l'action. Voilà pourquoi il confiera à un homme de confiance possédant la formation nécessaire de procéder au débroussaillage pour ensuite, entreprendre, en concertation avec le monde politique, le milieu des affaires et les entrepreneurs, la rénovation de la machine économique régionale sévèrement amochée.

Laterrière

Le seul député de la région membre de l'équipe ministérielle de Justin Trudeau a partagé la tribune du Cercle de presse, mercredi dernier, avec sa consoeur de Jonquière, Karine Trudel, du NPD. En campagne électorale, ils se seraient sans doute prêtés à un débat. Maintenant que le peuple a fait son choix, ils se présentent comme les représentants d'une région dont ils désirent collaborer au développement. Espérons qu'ils manifesteront toujours cette volonté de placer les intérêts du Pays des Bleuets au-dessus des couleurs politiques.

Si Denis Lemieux a l'avantage d'appartenir au pouvoir, Karine Trudel doit apprendre à composer avec l'une de ces circonscriptions aux multiples caractéristiques tracées par un souci de partage mathématique des populations sans égard à leur appartenance originale. Laterrière, par exemple, est insérée dans l'arrondissement de Chicoutimi depuis la formation de la ville de Saguenay. À l'Assemblée nationale du Québec, les Laterrois sont toutefois représentés par Serge Simard, député de Dubuc et adjoint parlementaire du premier ministre pour le Saguenay-Lac-Saint-Jean. Mais sur la carte électorale canadienne, ils sont rattachés à la circonscription de Jonquière.

Pierre Lavoie

Même s'il veut mettre l'accent sur l'économie, Denis Lemieux oeuvrera d'abord à l'établissement d'un Centre universitaire de recherche sur les saines habitudes de vie. Une idée qui s'inspire du Grand Défi Pierre Lavoie et de ses retombées inestimables auprès des jeunes.

Revenons à l'économie. En saisissant le flambeau du développement abandonné après la défaite d'André Harvey, Denis Lemieux mettra l'accent, espérons-le, sur la recherche et le soutien aux PME qui génèrent plus de 80% des nouveaux emplois. Durant le quart de siècle qui a précédé la Révolution tranquille de la décennie 1960, le Saguenay-Lac-Saint-Jean vivait dans l'abondance. La grande industrie tournait à plein régime. Il fallait constamment faire appel à la main-d'oeuvre étrangère.

La mondialisation et l'application systématique de la haute technologie à toutes les étapes de la production ont brutalement modifié le scénario. Si bien qu'au Sommet régional de 1986, les grandes industries de l'aluminium et de la forêt ont prévenu l'autorité politique et la population qu'elles n'offriront plus d'emplois supplémentaires aux nouvelles générations.

Les gouvernements ont mal réagi au message. Ils ont entretenu la légende que des investissements massifs dans les grands centres auraient un effet d'entraînement dans les régions. L'heure est venue pour l'État de corriger cette perception en aidant les entreprises manufacturières comme il le fait pour la grande industrie en période de crise.

Denis Lemieux est bien conscient du déséquilibre. Il représente l'espoir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer