Prendre du recul

Québec en fait-il assez pour l'industrie forestière? Le premier ministre,... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Québec en fait-il assez pour l'industrie forestière? Le premier ministre, Philippe Couillard, a-t-il oublié son engagement selon lequel on «ne sacrifiera pas une job dans la forêt pour les caribous forestiers», pris en campagne électorale, en mars 2014?

La question doit être posée en regard de l'actualité de la dernièrement semaine. Les bilans et constats ont tous un dénominateur commun: le rôle du gouvernement du Québec. En clair, est-ce que qu'il y encore une volonté de maintenir une industrie qui est encore la remorque économique de plusieurs territoires ruraux?

Une concertation aurait été souhaitée que les événements n'auraient pas été mieux alignés, au cours des derniers jours! D'abord, la primeur de la journaliste, Katerine-Belley Murray (Quotidien du 25 novembre), confirme toute l'étendue des dommages des 10 dernières années: 20 000 emplois disparus. Ce sont des chiffres du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs.

Dans la même foulée, le professeur de l'Université Laval, Luc Bouthillier, interroge la volonté du gouvernement de maintenir et développer l'industrie forestière. Pourtant, dit-il, le secteur forestier devrait faire partie des créneaux d'avenir et s'inscrire dans une économie verte.

Le même jour, le Forestier en chef, trace un bilan peu reluisant de la situation au Québec. L'institution relève du gouvernement, ce qui devrait suffire à convaincre d'agir et de statuer clairement une fois pour toutes sur l'avenir de la forêt comme il en fut pour l'automobile, l'aéronautique et une équipe professionnelle de hockey à Québec.

Le lendemain, c'est le Conseil de l'industrie forestière du Québec (CIFQ), appuyé par les chambres de commerce et le milieu municipal, qui a lancé un appel de la dernière chance aux élus québécois, comme l'a écrit le journaliste, Louis Tremblay. Le maire de Saint-Félicien, Gilles Potvin, interpelle à son tour le gouvernement en lui rappelant que les milieux ruraux dépendant toujours, en partie de la forêt. Un argument qui recoupe une observation de Luc Bouthillier qui parle de plusieurs territoires à sauver contrairement à des industries concentrées comme l'automobile.

C'est peut-être là le problème de l'industrie; elle se trouve en région, loin des grands centres, exclue du discours des maires tapageurs qui ont pris toute la place pour sauver les meubles. Il faut ajouter à cela la mauvaise réputation découlant des batailles de Greenpeace contre les forestières, un discours qui porte dans les centres urbains.

Le mécontentement des Premières nations et les contrariétés dans le discours sur la sauvegarde du caribou forestier ont pris toute la place et agissent comme un boulet au pied de l'industrie. Pourtant, celle-ci n'a pas changé ses pratiques au Québec. Pour un cas semblable, en Ontario, Produits forestiers Résolu (PFR) vient de renverser la situation, s'étant adressé à la Cour supérieure, pour retrouver sa certification de la Forest Stewardship Council (FSC).

Entraînés dans une spirale créée par un état d'urgence, les élus du Saguenay-Lac-Saint-Jean mettent l'emphase sur le sauvetage d'emplois en demandant aux gouvernements des solutions à des problèmes précis et criants. Toutefois, il conviendrait également de se donner les moyens de réfléchir à des horizons plus lointains, comme l'aluminium l'a fait dans les années 90 en exigeant du gouvernement une carte routière, qui couvrirait à la fois la recherche, les nouveaux produits, les marchés, la ressource et la main-d'oeuvre.

Une démarche semblable, bien que porteuse d'avenir, nécessite souvent de faire table rase sur certaines pratiques et peut causer des maux de tête à court terme. La réflexion doit faire fi des personnes, des idéaux politiques, de la partisanerie, bref, elle doit se faire dans l'intérêt de la région, le plus inclusivement que possible. Nos divisions, orchestrées ou non, permettent à des universités des grands centres de multiplier les investissements dans la recherche alors que les problèmes, la matière première et les travailleurs sont ici même!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer