Se préparer à la jungle !

L'auteur de ce texte est Martin-Thomas Côté, animateur radio. (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin-Thomas Côté
Le Quotidien

L'auteur de ce texte est Martin-Thomas Côté, animateur radio.

Cette fâcheuse tendance à vouloir protéger l'humain de tous les maux de la planète! Cette bulle que l'on crée autour de l'individu parce qu'il n'est pas assez responsable pour assumer ses choix! Parce que c'est ce qui est toujours au centre des différentes problématiques au Québec: le choix et ses conséquences. Où se situe la ligne entre cette liberté et la protection de l'individu et la société? Prenons aujourd'hui l'exemple de la dernière proposition d'interdire les restaurants «fast-food» autour des écoles. On protège qui? Et de quoi?

Du côté de l'Association pour la santé publique, on propose d'avoir un rayon de 750 mètres autour des écoles dans lequel il serait interdit d'avoir un restaurant minute qui offre la plupart du temps de la malbouffe. L'objectif est noble: protéger nos jeunes du fléau de l'obésité. Car on ne doit pas s'en cacher, il y a un problème d'obésité en Amérique du Nord. La solution de l'ASPQ compte sur le fait que nos ados seront trop «lâches» pour se déplacer au-delà du 750 mètres. Ça, c'est de la belle confiance en nos jeunes!

À défaut de les faire bouger ou encore de les accompagner dans leurs choix, on va s'assurer qu'ils ne puissent plus aller dans les McDos de ce monde. Le problème de l'obésité, ce n'est pas qu'une question d'exposition à la malbouffe. C'est une question d'éducation, de responsabilité et de choix. Pourquoi toujours être dans l'interdit? Parce que c'est plus facile.

La solution que l'on devrait adopter, c'est un bon cours d'éducation physique avec une partie théorique sur la nutrition. Rendre disponible l'information et laisser l'adolescent prendre sa décision. Pierre Lavoie n'a-t-il pas démontré l'efficacité de sa démarche auprès des jeunes?

Notre rythme de vie est peut-être responsable de notre habitude à tout interdire. Quand on arrive le soir à la maison, est-ce que nous prenons le temps de planifier les lunchs des ados avec eux? De s'assurer qu'ils ne ressentiront pas le besoin de se tourner vers les restaurants? De sortir la malbouffe des écoles, c'est différent, c'est une excellente idée. Parce que l'établissement scolaire joue son rôle d'éducation en offrant des produits «bon pour la santé». Mais à l'extérieur de l'école, c'est la jungle bébé! Et personne ne peut protéger nos jeunes de la jungle. Il faut côtoyer le danger pour apprendre à vivre avec. Quand votre jeune sortira de l'école, qu'il prendra son premier appartement, qu'il aura accès à la jungle, croyez-vous qu'il ne se jettera pas dans les «fast-foods»? Pour la plupart d'entre eux, ce sera la solution facile à un budget souvent restreint. Les restaurants qui servent de la malbouffe sont attirants parce qu'ils sont généralement économiques, par le prix et le temps qu'on y gagne! L'interdiction n'amène pas de solution à l'éternelle question: qu'est-ce que l'on mange ce midi? Les jeunes ont faim de l'interdit, ils trouveront une autre façon d'avoir accès à la malbouffe.

Si on écoute les différents groupes de pression au Québec, nos jeunes ne pourront plus conduire, boire de l'alcool, manger du «fast-food», avoir un cellulaire, une carte de crédit, un travail, etc. Je ne sais pas pour vous, mais lorsque j'ai pris mon premier appartement, je me suis senti bien démuni face à plusieurs situations de la vie courante. Les factures, l'épicerie, le crédit, les impôts, le travail... Je me suis fait piéger par beaucoup d'entre eux. Je n'étais pas prêt. Et ce n'est pas avec des interdits qu'on m'y aurait préparé. On doit retourner à la table à dessin et revoir comment on adresse ces différents problèmes avec nos jeunes. On devrait en discuter avec eux, autour d'un bon «Big Mac» ...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer