Une organisation masculine

Le conseil d'administration de la Conférence régionale des préfets sera formé... (Photo 123rf)

Agrandir

Photo 123rf

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabel Brochu
Le Quotidien

Le conseil d'administration de la Conférence régionale des préfets sera formé de cinq élus. Cinq hommes. Un groupe travaille actuellement sur un projet de charte pour préciser le mandat de la future organisation de concertation régionale. Certains ont soulevé des questions légitimes sur l'équilibre de représentation entre le Saguenay et le Lac-Saint-Jean, entre l'urbain et le rural et aussi sur la place de la société civile. Mais peu de gens semblent questionner le fait que ce sont cinq hommes élus qui réfléchissent, orientent le mandat et siègent sur cette organisation.

Quelques jours après l'annonce nous informant de la composition toute masculine de la nouvelle organisation régionale, le Conseil du statut de la femme publiait un avis qui recommande l'insertion dans la loi électorale de quotas de mises en candidature féminines pour les partis politiques. Pourquoi? Parce que les mesures incitatives ne sont pas suffisantes, il y a une stagnation du nombre d'élues. On parle ainsi de l'échec de la stratégie de la bonne volonté. Bien que les constats et recommandations s'appliquent à la politique provinciale, rien ne permet de croire que les choses soient différentes aux niveaux local et régional. Comme je le soulignais dans un récent texte, la région est en retard sur la question de la représentation des femmes. Le démantèlement des structures régionales accentue le problème. L'absence de femmes au conseil d'administration de la Conférence régionale des préfets est particulièrement éloquente puisque, dans ce cas-ci, les élus ont le pouvoir nécessaire d'assurer une mixité paritaire. Ils n'ont qu'à nommer des élues, ce sont eux qui décident de le faire ou pas. N'est-ce pas un exemple probant de l'échec de la bonne volonté? Pire, le silence sur cette situation n'exprime-t-il pas une inquiétante indifférence?

Plusieurs arguments militent en faveur de la présence de femmes à ce conseil. Rappelons d'abord la question élémentaire de représentation de la société régionale: les femmes composent 50% de la population. La présence d'élues à ce conseil peut aussi s'avérer un incitatif pour d'autres femmes qui auraient le goût de faire de la politique. Finalement, sans nier que les femmes ne forment pas un groupe homogène, on peut croire qu'elles poseront un regard différent sur les enjeux régionaux et qu'elles vont enrichir les débats de nouveaux points de vue. Est-il nécessaire de rappeler le contexte de turbulence économique et social dans lequel se trouve la région? N'apporteraient-elles pas, par exemple, des propositions différentes sur la place que doit occuper de la société civile?

Il est connu que la mixité apporte divers gains dans les conseils d'administration et autres comités. Il y a six mairesses et 88 conseillères municipales au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Il sera facile de convaincre quatre d'entre elles de faire partie de ce conseil. Pourquoi ne pas choisir des élues qui ont un profil différent des représentants masculins actuels? La région n'a jamais eu autant besoin d'audace, de diversité, de nouvelles voix. Voilà une occasion facile à saisir et à la portée du pouvoir local, ce qui est loin d'être toujours le cas. Il faut régler ce déséquilibre rapidement et faire en sorte qu'elles soient présentes pour participer activement à la mise en place de cette organisation. Dans le cas contraire, que les élus nous expliquent pourquoi ils ne le font pas. Ils ont le pouvoir de démontrer qu'ils croient à la mixité paritaire en nommant quatre élues au conseil d'administration de la Conférence régionale des préfets. La composition strictement masculine est inacceptable et il est plus que temps de lancer un signal clair en corrigeant le tir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer